La Défense ouvre une enquête sur une Covid-party avec stripteaseuse à la caserne de Tielen, à Anvers

Le ministère de la Défense a décidé d’ouvrir une enquête pour faire la lumière sur une Covid-party à la caserne de Tielen (province d’Anvers), à laquelle une stripteaseuse était présente, d’après des informations du quotidien Het Laatste Nieuws et la chaîne de télé flamande VTM, confirmées à Belga. Des vidéos de la fête montrent une vingtaine de membres du 3e Bataillon Parachutiste, une unité d’élite de la Défense, ne respectant manifestement pas les mesures sanitaires d’application à l’époque.

D’après VTM NIEUWS, les images datent du mois de mai et montrent un soldat attaché à une chaise et fouetté avec un martinet par une stripteaseuse, qui aurait été introduite clandestinement dans la caserne sécurisée.

Une enquête ouverte par la Défense

Les images montrent également un autre militaire posant nu pour une photo de groupe avec des collègues. Beaucoup dansent et boivent de l’alcool alors qu’à l’époque les rassemblements de ce genre étaient encore strictement interdits à cause du coronavirus. Aucune distanciation sociale n’est respectée, et l’absence de masques buccaux est notable.

Le ministère de la Défense prend les faits très au sérieux et a décidé d’ouvrir une enquête, notamment sur le fait qu’une stripteaseuse a pu entrer de la sorte dans le bâtiment. Des mesures de sécurité très strictes entourent normalement la caserne de Tielen.

"Cela n’a aucunement sa place au sein de la Défense et nuit à l’image de tous les militaires qui font un travail exemplaire à l’étranger et en Belgique, notamment pour soutenir la nation pendant la pandémie ou après les inondations", a déploré la ministre de la Défense Ludivine Dedonder (PS).

"Des enquêtes sont en cours au sein de la Défense pour trois violations possibles : la sécurité des quartiers militaires, les règles de distanciation sociale dans le cadre de la pandémie de coronavirus et la consommation d’alcool sur le lieu de travail. Si les enquêtes confirment ces violations, la Défense prendra les sanctions disciplinaires et/ou juridiques appropriées", ajoute la ministre.

Du côté de l’Etat-Major de la Défense, les choses sont prises "très au sérieux". Contactée ce vendredi, la Défense ne souhaite plus faire d’autres commentaires. Elle rappelle que le Vice-chef de la Défense, le Général Marc Thys s’est déjà exprimé, sur VTM, au nom du Chef de la Défense (CHOD) et de la Défense. "S’ils sont avérés, ces faits sont inadmissibles au sein de nos installations et contraires aux normes et valeurs que nous prônons. Si les enquêtes confirment que des règles ont été transgressées (et /ou des règlements bafoués), nous prendrons des mesures disciplinaires et / ou statutaires à l’égard des militaires impliqués", a déclaré Marc Thys. "Nous prenons cette affaire très au sérieux. Nous tenons également à rappeler que ces faits sont isolés et ne sont absolument pas représentatifs de l’ensemble du personnel de la Défense qui réalise avec grand professionnalisme chaque jour ses missions à l’étranger comme sur le sol national, par exemple encore en ce moment lors des inondations", a-t-il ajouté.

Peut-on faire entrer n’importe qui dans une caserne ?

Comment expliquer qu’une personne civile, dans ce cas-ci une stripteaseuse ait eu l’autorisation d’entrer dans la caserne ? Nous avons demandé l’avis de Philippe Sion, Secrétaire général adjoint du syndicat militaire ACMP. "On peut faire rentrer une personne civile dans une caserne militaire à partir du moment où cette personne est accompagnée par un militaire", explique-t-il. "Pour les personnes qui sont au corps de garde et qui contrôlent, à partir du moment où elles ont vu que cette personne civile était accompagnée, cela ne pose pas de problème", poursuit-il. Et Philippe Sion rappelle que régulièrement, des civils rentrent dans les casernes de la Défense, que ce soit, par exemple, pour des contrats ou pour du travail. Cela pourrait aussi être la compagne ou le compagnon d’un militaire, mais ces civils doivent être accompagnés "par un militaire d’active". Il précise que "toutes les casernes fonctionnent de la même manière". "Cette caserne ne fait pas exception", répond-il, à propos de la caserne de Tielen.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK