La Défense lancera plusieurs projets pilotes de privatisation en 2017

La Défense lancera plusieurs projets pilotes de privatisation en 2017
2 images
La Défense lancera plusieurs projets pilotes de privatisation en 2017 - © PHILIPPE HUGUEN - AFP

Le ministère de la Défense entend privatiser plusieurs secteurs au sein de l'armée, notamment l'horeca, la logistique ou l'informatique. Des projets pilotes dans cette perspective seront lancés dans le courant de l'année prochaine, notamment à à Heverlee, Elsenborn et à l'École royale militaire de Bruxelles.

5 000 emplois concernés

"Au cours de la première moitié de 2017, trois millions d'euros seront affectés à des projets pilotes en matière d'outsourcing", a indiqué le ministre de la Défense Steven Vandeput (N-VA) en commission de la Chambre. 

Selon une lettre d'information du SLFP-Défense du 5 décembre, quelque 5 000 équivalents temps plein sont menacés par le recours à la sous-traitance.

Quels métiers seront-ils concernés? Au micro de la RTBF, la porte-parole du ministre de la Défense dresse la liste: "On parle des métiers de cuisine, horeca, la protection de la caserne. Ca peut être des métiers dans plusieurs domaines. Comme l'entretien des voitures". 

On ne va pas licencier des militaires

Elle assure: "On ne va pas licencier des militaires, je veux être très claire sur ce point là. On veut faire en sorte que l'armée soit plus efficace dans le futur et regarder quelles tâches sont mieux réalisées par l'armée et quelles tâches sont mieux réalisées par des entreprises privées". 

Les syndicats s'inquiètent néanmoins de cette mesure. Ils soulignent le danger que pourrait représenter le fait de faire entrer dans les casernes des personnes de l'extérieur. Et ce, dans ce climat très tendu post-attentats. 

La porte-parole de Steven Vandeput se veut encore une fois rassurante: "Il n'y a pas de danger pour les casernes." A la question, comment allez-vous contrôler les personnes qui rentrent. Elle rétorque: "On a les moyens pour le faire."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK