La défense européenne au menu du sommet européen à Bruxelles

La défense et la sécurité européenne sont inscrites de longue date à l'agenda du sommet, mais le doute plane sur l'importance que les dirigeants européens lui accorderont.

Le Royaume-Uni, peu enclin à avancer sur une défense européenne commune, tenterait même de réduire le sujet à peau de chagrin selon un diplomate européen.

C'est sans doute la France qui alimentera la discussion, elle qui vient d'engager ses militaires en Centrafrique et qui demande l'appui de ses partenaires européens. La question du financement de l'opération sera centrale. Un financement européen est-il possible ?

Au-delà de cette opération en Centrafrique d'ailleurs, la défense européenne se heurte à la question du financement. Les budgets consacrés à la défense sont en baisse depuis des années dans tous les Etats membres. La crise n'a fait qu'accentuer la tendance. La coopération et mutualisation des moyens de défense sont donc à l'étude. Elles fonctionnent dans certains cas. Comme entre la marine belge et la marine néerlandaise, mais cet exemple est loin d'être légion.

A défaut de faire des grands pas cette fin de semaine, les 28 vont examiner plusieurs programmes de coopération. Ils concernent l'équipement en drones, les communications par satellite et la cyber défense. Les Etats seront libres d'y participer. Si de grandes avancées ne sont pas attendues, le principe de la coopération devrait sortir renforcé à l'issue du sommet.

A. Gordillo

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK