La Cour des comptes tacle sévèrement la Belgique, incapable de réduire la pauvreté

La Cour des comptes tacle sévèrement la Belgique, incapable de réduire la pauvreté
La Cour des comptes tacle sévèrement la Belgique, incapable de réduire la pauvreté - © Le couloir de la gare centrale - © SISKA GREMMELPREZ - BELGA

La Belgique n'atteindra pas l'objectif de réduction de la pauvreté qui lui a été assigné dans le cadre de la stratégie 2020 à moins d'y consacrer une attention plus soutenue et des moyens significatifs. C'est la conclusion à laquelle est arrivée la Cour des comptes dans un rapport sévère sur le deuxième plan fédéral de lutte contre la pauvreté rendu au parlement.

Tout manque dans le plan

Ce rapport est cinglant. Tout manque dans le plan: mobilisation des administrations, contribution du plan à l'atteinte de l'objectif national, pas d'échéance, pas d'enveloppe budgétaire générale, pas d'estimation du coût des objectifs ou des actions. En résumé, le deuxième plan pauvreté est davantage une "liste d'actions" qu'un instrument de politique publique.

Plus généralement, la Cour des comptes pointe la structure institutionnelle de l'Etat comme étant à l'origine de l'inefficience de l'action publique en la matière. "La multiplicité de niveaux de pouvoirs, d'intervenants, d'instruments et de politiques publiques renforce le risque de fragmentation", souligne-t-elle. Le seul instrument de coordination des politiques de lutte contre la pauvreté est la conférence interministérielle de l'intégration sociale... qui n'a plus été réunie depuis juin 2013.

La sécurité sociale et les allocations sociales sont insuffisantes

La Cour des comptes confirme par ailleurs que, bien qu'elles constituent un levier important dans le cadre de la lutte contre la pauvreté, la sécurité sociale et les allocations sociales sont insuffisantes en raison de l'écart structurel entre le seuil de pauvreté et le niveau des protections sociales.

La Cour s'était déjà montrée très sévère pour le plan précédent. Dans son nouveau rapport, elle a également analysé le suivi de ses recommandations. Elle constate bien des améliorations, notamment dans le chef du SPP Intégration sociale. Mais le pilotage du plan doit être amélioré et les fonctionnaires pauvreté valorisés.

Enfin, la Cour des comptes souligne l'absence d'évaluation globale. Seules huit actions sur les 118 du plan ont été évaluées.

Qui est pauvre en Belgique ? Le seuil de pauvreté

En Belgique, le seuil de pauvreté (60% du revenu net médian) est fixé à 1000 euros nets par mois pour une personne isolée et 2101 euros nets par mois pour un ménage de deux adultes et deux enfants.

15,3% de la population belge a un revenu total (la possession d’une habitation n’est pas prise en compte) inférieur à ce seuil en Belgique et est donc en risque de pauvreté, selon les résultats de l’enquête EU-SILC 2011.

Comme le note le site du Service de lutte contre la pauvreté, la précarité et l'exclusion sociale, un certain nombre de personnes ne sont pas prises en compte dans ces chiffres parce qu’elles ne sont pas inscrite au registre national (sans-abris, illégaux,…).

Le taux de pauvreté subjective, lui, est plus élevé : selon la même enquête, 20,8% de la population belge indique avoir des difficultés ou de grandes difficultés à s'en sortir.

Mais il faut donc cependant noter que ces chiffres, les derniers disponibles, datent de 2011. Pour Christine Mahy, secrétaire générale du RWLP, Réseau wallon de lutte contre la pauvreté, la situation n'a fait que s'aggraver depuis: "Avec les nouvelles dispositions sur le chômage, toute une série de gens glissent et vont glisser vers le CPAS. Et une partie ne pourront pas être aidés... Et les pertes d'emploi sont massives pour le moment. retrouver de l'emploi à plus faible qualification est compliqué, les employeurs ont des exigences de plus en plus élevées... L'engagement de la Belgique auprès de l'Europe était de réduire la pauvreté de 20% d'ici 2020. A l'époque, cela représentait 380 000 personnes à faire sortir du risque de pauvreté. Mais maintenant, ces 20% représentent beaucoup plus que 380 000 personnes. La pauvreté ne diminue pas, elle augmente..."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK