La comptabilité wallonne n'est pas fiable

Le 1er Président de la Cour des Comptes ne remet pas à la Région wallonne un cahier d'observations particulièrement élogieux
2 images
Le 1er Président de la Cour des Comptes ne remet pas à la Région wallonne un cahier d'observations particulièrement élogieux - © Carl Defoy - RTBF

La Cour des Comptes vient de remettre son cahier annuel d’observations à la Région wallonne. C’est l’occasion de mesurer les résultats budgétaires de 2018, de vérifier la qualité du travail comptable et le bon fonctionnement des organismes régionaux. Le bilan est affligeant.

Coup de règle
Le président du Parlement qui reçoit le cahier d’observations est dans la position du père d’un élève dissipé à une réunion de parents. Le 1er Président de la Cour des Comptes, Philippe Roland, énumère la longue litanie des absences injustifiables et des tripotages du collégien wallon.

Bon bougre mais polisson
Au moment de faire les comptes 2018, le résultat budgétaire brut se monte à -699,5 millions d’euros ! Mais rien n’est certain: les dépenses, les recettes, les factures sont apparemment encodées cahin-caha; chacun a sa méthode. C’est au point, dit la Cour des Comptes, qu’il est impossible d’avoir une vue globale des dérives.

Par exemple…
Philippe Roland épingle des factures de 2018 reportées sur les crédits 2019, des engagements de près de 3 milliards qui ne sont pas comptabilisés dans l’encours ou d’autres d’environ 8 milliards qui ne sont pas valorisés. La situation pourrait s’améliorer s’il y avait un système informatique digne de ce nom ou si la Région adoptait le principe de comptabilité générale en partie double. Mais, au mépris des règles, la Wallonie vient d’en reporter l’idée… pour la 8ème fois !

Un peu de baume
Il y a toutefois des évolutions positives, par exemple pour gérer l’immobilier ou encadrer l’utilisation des véhicules de l’administration.
Mais cela ressemble davantage à la petite tape dans le dos que donne la Cour des Comptes pour réconforter ceux qui viennent d’entendre le chapelet des reproches.

Sanction ?
Au final, un tiers des dernières recommandations émises par la Cour des Comptes l’an dernier est plus ou moins mis en œuvre mais le reste est en souffrance.
Une chose est sûre: Même si son président ne veut pas préjuger de l’exercice 2020, dans l’état actuel, la Cour des Comptes à qui on demanderait de certifier les comptes régionaux, ne pourrait pas décemment s’y engager.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK