La compagne de Charles Michel invitée à la commission Défense: un "malentendu"

Amélie Derbaudrenghien et Charles Michel lors d'un repas avec le Premier ministre canadien Justin Trudeau, le 16 juin 2017.
Amélie Derbaudrenghien et Charles Michel lors d'un repas avec le Premier ministre canadien Justin Trudeau, le 16 juin 2017. - © POOL DIDIER LEBRUN - BELGA

La compagne du Premier ministre Charles Michel, Amélie Derbaudrenghien, a été invitée à s'exprimer face aux parlementaires dans le cadre du dossier des F-16, en tant que conseillère Défense de la ministre du Budget Sophie Wilmès (MR). Le journal De Tijd rapportait cette information ce vendredi matin. Il aurait cependant été décidé, au sein de la majorité, de ne faire venir que les collaborateurs du seul cabinet du ministre de la Défense Steven Vandeput.

C'est Karolien Grosemans (N-VA), présidente de la Commission de la Défense, qui a envoyé une invitation à Amélie Derbaudrenghien à venir s'exprimer mercredi prochain devant les membres de cette commission. La députée N-VA a simplement transmis cette invitation à tous les noms qui lui avaient été communiqués par les différentes fractions. Celui d'Amélie Derbaudrenghien figurait sur la liste demandée par le cdH. En tout, plus de 30 noms ont été repris.

Des discussions informelles au sein de la majorité ont cependant déjà conclu que seuls des collaborateurs du cabinet du ministre de la Défense devraient venir s'exprimer devant la commission Défense. Il ne s'agit pas d'une commission d'enquête, justifie-t-on.

Vérifications faites : un "malentendu"

Nous avons contacté le député cdH Georges Dallemagne, membre de la Commission Défense. Celui-ci a tenu à nuancer la version mettant en cause son parti dans la volonté d'auditionner Amélie Derbaudrenghien. "Nous n'avons jamais demandé à ce qu'elle vienne, pas plus que tous les collaborateurs des différents cabinets, puisque précisément il ne s'agit pas d'une commission d'enquête. Nous ne l'avons pas citée nommément". Et d'ajouter que c'est un collaborateur "trop zélé" qui a peut-être commis l'erreur dans la liste trop large finalement transmise à la présidente N-VA de la Commission. 

Du côté de la présidente Karolien Groosemans, on confirme d'ailleurs que la liste cdH ne comprenait pas directement le nom d'Amélie Derbaudrenghien, mais bien "la personne du cabinet Wilmès en charge des dossiers Défense". Depuis, le cdH a rectifié le tir et retiré sa liste, préférant comme les autres groupes se concentrer sur les seuls collaborateurs du cabinet Vandeput. 

Dans l'entourage du Premier

Dans l'entourage de Charles Michel, la nouvelle n'a pas été très appréciée, certes. Certaines sources évoquent une "opération visant à nuire". On précise tout de même que le gouvernement fédéral n'a "aucun souci à répondre aux questions sur un dossier sensible" et défend le principe absolu de la transparence. D'où la présence dès cet après-midi du ministre de la Défense pour répondre à toutes les questions après présentation des audits. Mais on insiste aussi sur le précédent "fou" voire "grotesque" qu'entendait créer le cdH "dépassant les ministres pour privilégier l'audition de collaborateurs". Ce qui est d'ailleurs contraire à la Constitution même (article 101), qui traite de la responsabilité des ministres devant le Parlement : à eux seuls la responsabilité des actes posés y compris par leur administration, et non à leurs collaborateurs. "Accéder aux demandes de la Commission et faire venir des collaborateurs ministériels constituerait toutefois un non-sens et une déresponsabilisation des ministres. Si la commission Défense souhaite des explications, elle pourra les obtenir auprès des ministres qui endossent la responsabilité politique des actes de leurs collaborateurs", insiste-t-on côté majorité. C'est donc une fin de non-recevoir que se préparait à envoyer le gouvernement fédéral à la présidente de la Commission Défense, alors que le cdH annonçait au final le retrait de sa demande...

Direct d'Alisson Delpierre dans le JT 13 h de ce vendredi 13 avril

Direct d'Alisson Delpierre dans le JT 13 h de ce vendredi 13 avril

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK