La communauté germanophone toujours plus autonome

La communauté germanophone toujours plus autonome
La communauté germanophone toujours plus autonome - © ERIC LALMAND - BELGA

Willy Borsus (MR) en visite à Eupen. Le N°1 du gouvernement wallon a rendez-vous avec son homologue du gouvernement de la communauté germanophone, Oliver Paasch (ProDG).

Au menu de cette rencontre: une autonomie encore un peu plus grande pour les institutions propres aux citoyens belges de langue allemande.

Processus lent mais continu

A l’instar des autres communautés du pays, la communauté germanophone est évidemment compétente en matière d’enseignement, de culture, de médias ou encore de soins de santé ou d’aide à la jeunesse.

Mais, comme le permet la Constitution, elle exerce aussi des compétences normalement dévolues aux Régions. La Wallonie lui a en effet progressivement transféré certains pans de ses attributions.

Ça a commencé il y a plus de 20 ans, avec le patrimoine. Puis il y a eu une partie de l’emploi, la tutelle sur les communes et les zones de police. Depuis l’an dernier, les Germanophones ont désormais la quasi-totalité des politiques de l’emploi entre leurs mains.

Nouveaux transferts en vue

La rencontre entre Willy Borsus et Oliver Paasch en atteste: ces transferts "intra-wallons" vont se poursuivre, puisque le gouvernement wallon se dit maintenant prêt à céder le logement, l’aménagement du territoire et l’énergie.

La communauté germanophone dispose donc de toujours plus de leviers pour mener ses propres politiques, adaptées aux spécificités de ses 9 communes et de ses 77.000 habitants environ.

La perspective d'une région à part entière

Certains y voient même les prémices de l’avènement, à terme, d’une véritable région à part entière. Mais tout se passe jusqu'ici lentement et sereinement, et cette étape ultime – synonyme de nouvelle réforme de l’Etat - n’est pas encore à l’ordre du jour.

@RudyHermans

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK