La Communauté germanophone veut plus de moyens

Oliver Paasch, ministre-président de la Communauté germanophone.
Oliver Paasch, ministre-président de la Communauté germanophone. - © NICOLAS LAMBERT - BELGA

Outre la fête du Roi, ce journée du 15 novembre est également marquée par la fête de la Communauté germanophone. Et ce n'est guère un hasard : les germanophones veulent ainsi montrer leur attachement à la monarchie, leur attachement au fédéralisme belge, comme Olivier Paasch, le nouveau ministre-président de la Communauté germanophone l'a souligné dans son discours.

"Peu d'États européens ont fait preuve d'une politique aussi exemplaire envers leurs minorités que la Belgique par rapport à sa petite minorité germanophone", a-t-il déclaré.

"Sans l'État fédéral belge, la Communauté germanophone n'existerait tout simplement pas en tant qu'entité autonome à pouvoir législatif propre. Nous sommes très reconnaissants et, si on regarde l'histoire de notre pays, nous avons vraiment de bonnes raisons d'être reconnaissants."

"Jamais il n'y aura le moindre doute quant à la loyauté des germanophones et de la Communauté germanophone envers l'État belge."

De nouvelles compétences à assumer

Le ministre-président germanophone Oliver Paasch a cependant profité de la fête de sa Communauté pour réclamer de la part du gouvernement fédéral une correction des moyens financiers qui lui sont accordés pour assumer de nouvelles compétences transférées à l'occasion de la sixième réforme constitutionnelle.

Cette demande concerne précisément deux nouvelles compétences, portant sur les infrastructures hospitalières et les maisons de repos. Le ministre-président est toutefois convaincu que ce manque de moyens relève d'une erreur technique et non d'une volonté politique.

Des travaux sont actuellement en cours entre 'techniciens' des cabinets fédéraux et germanophones pour examiner ce dossier, a confirmé le premier ministre Charles Michel en marge de la célébration officielle de la fête germanophone à Bruxelles.

Baptiste Hupin, Ann-Carol Severnes et Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK