La commande des trains Fyra, fruit d'une politique de restriction budgétaire

La NS avait déjà effectué des dépenses considérables (148 millions d'euros) pour obtenir la concession de lignes à grandes vitesse en direction de la Belgique. Il lui fallait encore acheter des trains pour les desservir. La NS et la SNCB voulaient d'abord des trains abordables. "Des trains roulant à 220 km/h étaient suffisants", explique un expert en interne. "Il ne fallait pas de trains chers pouvant rouler plus vite." Sur le prix d'une place assise, un train roulant à 220 km/h peut permettre une économie de 50% par ticket pra rapport à un train atteignant 300 km/h. Après l'appel d'offres, deux constructeurs sur les sept ayant montré un intérêt sont retenus: le Français Alstom et l'Italien AnsaldoBreda.

L'étrange évolution du dossier

Le dossier a ensuite pris une tournure étrange. Les autorités néerlandaises ont averti la NS en novembre 2003 que la durée de 102 minutes pour effectuer le trajet Amsterdam-Bruxelles ne pouvait pas être respectée avec des trains roulant à 220 km/h mais avec des trains pouvant au minimum atteindre les 250 km/h. C'est alors que AnsaldoBreda a soudainement proposé une variante de son train qui atteignait cette vitesse. C'est celle-ci qui a finalement été choisie par les deux sociétés de chemins de fer.


Belga

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK