Les motards exaucés, les balades récréatives autorisées dès le 4 mai sous strictes conditions

La colère gronde chez les motards : "Nous demandons d’autoriser les balades récréatives dès le 4 mai"
La colère gronde chez les motards : "Nous demandons d’autoriser les balades récréatives dès le 4 mai" - © Tous droits réservés

Pieter De Crem a donc finalement entendu l'appel des motards. Les motards pourront reprendre les balades à moto récréatives à partir du début de la première phase de déconfinement ce 4 mai. Cette décision intervient après que de nombreuses voix se soient élevées dans le milieu des deux roues pour ne pas être limités au déplacements essentiels. 

Hier jeudi encore pourtant, les motards se sentaient ignorés, "méprisés par les politiques”, un sentiment relayé par Steve Coeymans, coordinateur de l’ADDRM (l’Association pour la Défense du Deux-Roues Motorisés). "Le conseil national de sécurité n’a pas dit un mot à notre sujet”, expliquait-il. 

Seuls les déplacements essentiels à moto sont actuellement possibles. Mais alors que certains loisirs avaient été inclus dans les activités à nouveau autorisés dès le 4 mai (kayak, tennis ou encore golf), Sophie Wilmès n’avait en effet pas évoqué les balades à moto lors de la conférence de presse vendredi dernier. "Nous ne sommes repris dans aucune phase du déconfinement. On ne peut pas comprendre que le vélo, le tennis, l’athlétisme, la pêche, l'équitation et le kayak soient autorisés alors que les motards, qui portent un casque, des gants, une visière, un masque, des bottes ainsi que l’équipement complet avec toutes les protections légales, resteraient encore confinés après le 4 mai”, explique Steve Coeymans. "Ils ont même parlé de l’ouverture des garages de voitures mais pas de ceux des motos”. La colère grondait donc chez les motards, bien décidés à se faire entendre. Et ce fut donc le cas. 

Des balades récréatives dès le 4 mai, Jan Jambon avait ouvert la voie

C’est une déclaration qui n’est pas passée inaperçue et qui a créé pas mal de confusion au sein des férus de motos. Interrogé sur VTM après le conseil national de sécurité de vendredi dernier, le ministre-président flamand, Jan Jambon, a annoncé que les motocyclistes seront bien autorisés à circuler sur la route à partir du 4 mai pour des déplacements non-essentiels. "Pas à deux et pas avec un side-car", a-t-il précisé, considérant cette activité comme un sport individuel au même titre que la randonnée et le tennis. 

Résultat : l’aile flamande de la fédération des motocyclistes de Belgique (la Vlaamse Motorrijdersbond van België -VMBB) n’a pas tardé a annoncé la bonne nouvelle sur son site. 

Mais du côté du MR, le message était différent : "Nous avons contacté Georges-Louis Bouchez pour avoir davantage d'explications", explique Steve Coeymans.”Il nous a dit qu’il fallait être patients, que c’était en discussions et que pour les hôpitaux, il faut éviter qu'il y ait des accidents”.

Jan Jambon s'est-il donc trop vite avancé? Il revenait donc au fédéral de trancher. Contacté par la RTBF hier, le cabinet du ministre Pieter De Crem, en charge de l’arrêté ministériel précisant les règles du confinement après le 4 mai, avait assuré que les motards seraient bien pris en compte dès cette date. Mais qu'il fallait attendre la publication de cet arrêté. Chose faite ce jeudi en fin de journée.

Reste que l’association pour la Défense du Deux-Roues Motorisés assure que les balades à moto n’empêchent pas le respect des règles de distanciation sociale. Et s'ils ne sont pas entendus cette fois encore, certains motards prévoient d'exprimer leur colère devant le Parlement fédéral. Reste que des conditions strictes ont été associées à cette permission. Les balades devront impérativement commencer et se terminer au domicile du motard et aucun arrêt n'est permis sur des sites touristiques. De plus, trois motards maximum pourront se balader ensemble.