La colère des agents du fisc: "Les fraudeurs ont encore de beaux jours devant eux"

Les accès des deux tours qui abritent le personnel du SPF finances étaient bloquées ce lundi matin. En cause: une action en front commun syndical. Les fonctionnaires des finances sont en colère. Depuis un an, leur ministre leur fait des promesses mais ne les tient pas. Ils protestent contre la dégradation de leurs conditions de travail et surtout la réduction de presque la moitié de leurs effectifs au contrôle fiscal.

Comme chaque année, lorsque la date du dépôt de la déclaration fiscale approche, les files s'allongent devant la tour des finances. Elles pourraient être encore plus longues à l'avenir puisqu'un mouvement de grogne agite le personnel du SPF finances. Selon Aubry Mairiaux, président fédéral de l’UNSP, le syndicat du secteur finances, les fonctionnaires ne sont plus suffisamment nombreux pour répondre à la demande des contribuables. Les fonctionnaires des finances sont au bord de la crise de nerfs. Et les burn-out s’accumulent à la tour des finances. En quelques années, ce grand paquebot de la gestion fiscale a vu son nombre d’effectifs fondre de 36 000 à 22 000 tandis que la masse de travail est restée la même. Pire encore, la complexification des règles fiscales leur a alourdi considérablement la tâche.

Un contrôleur fiscal sur deux a été supprimé

Un service est tout particulièrement affecté, celui du contrôle fiscal puisqu’en cinq ans, un contrôleur fiscal sur deux a été supprimé. C’est d’autant moins de contrôles sur le terrain.  Selon Roland Vansaingele, secrétaire général CGSP, c’est du deux poids, deux mesures. "Alors que dans les départements qui luttent contre la fraude sociale, les travailleurs sont remplacés un pour un, ce n’est pas le cas au contrôle fiscal. C’est dire si les fraudeurs ont encore de beaux jours devant eux. En wallon on dirait, c’est toudi les ptits qu’on spotch’ et je crois que l’adage est bien respecté en matière fiscale".

Moins de contrôles c'est donc moins de justice fiscale car s’il y a moins de contrôles, ça signifie aussi une fiscalité à deux vitesses : un contrôlé pour 10 qui ne le seront pas.

Les syndicats réclament notamment du personnel supplémentaire et une allocation de port d’armes pour les les douaniers engagés dans la lutte contre le terrorisme. S'ils ne sont pas entendus par leur ministre de tutelle,  le N-VA Johan Van Overtveldt, les syndicats menacent d’entreprendre des actions plus lourdes. Comme par exemple, la perturbation de la rentrée des déclarations fiscales. Nous sommes à un mois de l’échéance et les centres d’aide au remplissage de ces déclarations pour le moins compliquées pourraient être affectées.

Autre exemple: les départs en vacances. Le contrôle des bagages à l'aéroport pourrait durer...  En effet les douaniers font partie du SPF Finances.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK