"La campagne anti-juges de la N-VA a des relents racistes", condamne le MRAX

La N-VA avait directement soutenu son secrétaire d'État Theo Francken à travers une campagne sur les réseaux sociaux.
La N-VA avait directement soutenu son secrétaire d'État Theo Francken à travers une campagne sur les réseaux sociaux. - © Tous droits réservés

Le MRAX – Mouvement contre le racisme, l'antisémitisme et la xénophobie – a dénoncé ce lundi la "campagne anti-juges" menée par la N-VA suite à l'affaire du visa refusé par le secrétaire d'État Theo Francken (N-VA) à une famille syrienne d'Alep.

Cette campagne, lancée sur les réseaux sociaux sous le hashtag "#IkSteunTheo" ("Je soutiens Theo"), avait notamment pour slogan : "Les juges doivent appliquer strictement la loi et pas ouvrir nos frontières". Une prise de position qui avait largement fait réagir la magistrature

"Le MRAX tient à s'associer aux universitaires, aux magistrats et aux ordres d'avocats qui tous dénoncent une campagne de dénigrement des juges lancées par la N-VA et une ingérence inacceptable dans la souveraineté du pouvoir judiciaire", réagit l'organisation antiraciste par voie de communiqué.

Le MRAX craint ainsi que "ce mépris affiché par un membre de gouvernement pour la justice" puisse avoir "une incidence sur l'opinion publique" et permette "une inquiétante libération de la parole raciste".

Het Laatste Nieuws pointé du doigt

L'association pointe également le traitement du média flamand Het Laatste Nieuws de cette affaire. Une photo de la présidente de la cour d'appel de Bruxelles – celle-là même qui a condamné Theo Francken au paiement d'astreintes – accompagne un article de HLN avec, en légende, "mention du fait que cette juge était une femme, francophone et ... mariée avec un étranger".

"Cet élément relatif à la vie privée de la juge n'explique en rien la décision de justice prise, estime le MRAX. Le fait qu'on se serve de son mariage avec un étranger pour tenter de la discréditer est un acte raciste et xénophobe, en plus d'être parfaitement stupide."

"Les juges doivent être respectés, pour la fonction qu'ils occupent, qu'ils soient blancs ou noirs, mariés avec un étranger ou pas et quelle que soit la couleur de leurs yeux", conclut le communiqué.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK