La "Boum 2" : la police a arrêté 132 personnes au bois de la Cambre, où le calme est revenu vers 21h

Le calme est revenu samedi soir, vers 21h, au bois de la Cambre, après que la police a eu fort à faire pendant des heures avec les participants de l’événement "La Boum 2".

La police, qui évoquait au départ 60 arrestations, a revu son bilan à la hausse ce dimanche matin. Au total, 132 personnes ont été arrêtées en marge du rassemblement. 

Dans le détail, 127 personnes ont été arrêtées administrativement alors que cinq arrestations judiciaires ont été effectuées, notamment pour rébellion armée, menaces et vente de stupéfiants.

"Nous avons eu plusieurs actions et événements à Bruxelles au cours de la journée qui se sont déroulés sans incident", avait souligné ce samedi Ilse Van de Keere, porte-parole de la police. 

Aucune autorisation n’avait par contre été donnée à La Boum 2 dans le bois de la Cambre, où 40 stewards ont été déployés préventivement à partir de 10 heures. Plusieurs centaines de personnes s’y sont néanmoins rassemblées.

"Feux d’artifice, couteaux, pétards, fumigènes"

"Par le biais d’un système de sonorisation, les participants ont été invités à plusieurs reprises à se conformer aux mesures sanitaires", a poursuivi la porte-parole de la police. "A un moment, l’atmosphère était tendue et des projectiles ont été lancés sur la police, notamment des pierres et des bouteilles. Nous avons également confisqué plusieurs objets interdits : feux d’artifice, couteaux, pétards, fumigènes, etc.".

"Lorsque les participants ont commencé à se battre entre eux, il a été décidé de procéder à l’évacuation des lieux", a encore expliqué Ilse Van de Keere. "Le système de sonorisation de la police a de nouveau été utilisé pour diffuser ce message, et pour l’évacuation, plusieurs camions avec canon à eau ont été déployés et des gaz lacrymogènes ont été utilisés."


►►► À lire aussi : "Dès que la police a chargé, ça a commencé à être plus violent", déclare le responsable de "L’abîme"


Parmi les participants, 15 ont été blessés, dont une personne touchée par le jet d’eau d’un camion et transportée à l’hôpital, et une autre légèrement blessée par une collision avec un cheval de police et qui a été soignée sur place. Ce que d'ailleurs confirme la porte-parole de la police à Bruxelles qui ajoute, "c'était des blessés légers qui ont pu être soigner sur place".

"12 personnes ont été conduite à l'hôpital dont 4 policiers qui ont pu sortir de l'hôpital", souligne Ilse Van de Keere. Quant au dispositif exact présent ce samedi du côté des forces de l'ordre, la porte-parole ne souhaite pas donner de détails mais précise, "pour nous c'était une journée très importante. Nous avions une dizaine à événements à gérer. Evidemment le maximum de personnel a été engagée au bois de la Cambre pour intervenir suite à la présence de personnes qui ne respectaient plus les mesures préscrites et où après plusieurs avertissements nous sommes intervenus. D'autant qu'il y avait des bagarres entre participants qu'on ne pouvait pas laisser continuer. Nous avons fait usage des canons à eau et des gaz lacrymogènes".  

Des profils contrastés

La police admet également des profils très contrastés parmi les participants à cet événement. Il y avait aussi bien "des personnes qui étaient là pour défendre leur cause, ils ne veulent plus des mesures Covid. Et d'autres sont venus pour avoir des confrontations avec les forces de l'ordre", a souligné Ilse Van de Keere. 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK