La Belgique viole les droits des gens du voyage, dit la FIDH

La Fédération estime que l'Etat belge ne respecte pas les engagements qu'il a pris en adhérant à la Charte sociale européenne qui prévoit notamment le droit au logement des familles, la lutte contre la pauvreté et l'exclusion sociale.

La Ligue belge des droits de l'Homme (LDH), membre de la fédération, a présenté jeudi cette action lors d'une conférence de presse. 

Le Comité européen des droits sociaux est l'instance qui contrôle l'application de la Charte sociale européenne. 

Trop de manquements sont constatés en Belgique, explique la FIDH. Concrètement, pour la FIDH, trois dispositions de la Charte ne seraient pas respectées, à savoir celles d'assurer un accès suffisant à des "logements adaptés aux besoins des familles", de combattre la pauvreté et de ne pas faire de discrimination. 

Les gens du voyage font régulièrement l'objet de tracasseries administratives liées à leur mode de vie en Belgique, rappelle la LDH, comme par exemple le refus de délivrer des permis d'urbanisme pour leurs caravanes ou encore le refus par les communes de les domicilier.

Les individus visés sont avant tout des Belges et ne représentent que cinq à dix mille personnes, précise Julie Ringelheim de la FIDH. Des aménagements de terrains adéquats seraient donc aisément réalisables.

Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK