La Belgique se porte partie civile dans le dossier HSBC

Celui-ci a demandé l'ISI (Inspection spéciale des Impôts) de prendre les mesures nécessaires en ce sens, a-t-il précisé. Le consortium de journalistes ICIJ révélait le mois dernier l'existence d'un mécanisme de fraude fiscale et de blanchiment à grande échelle mis en place par la filiale suisse de la banque HSBC au profit de dizaines de milliers de clients fortunés dans le monde, dont 3000 en Belgique.

Ces révélations, après celles sur l'Offshore-leaks et LuxLeaks, avaient suscité un grand émoi, à l'heure où les autorités mènent des économies à tous les étages. Après ces révélations, l'opposition au Parlement fédéral avait pressé le gouvernement de se porter partie civile dans cette affaire.

"J'attache beaucoup d'importance à la transparence fiscale. Pour atteindre cette transparence dans ce dossier, nous devons être énergiques", a commenté mercredi  Van Overtveldt. Celui-ci a précisé que l'administration avait déjà réalisé beaucoup de recherche dans ce dossier. "Afin de leur permettre de mener cette enquête encore plus en profondeur, et afin de parvenir à une transparence maximale, je vais donner instruction de se porter partie civile", a-t-il conclu.

Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK