La Belgique sans doute sollicitée pour rester en Afghanistan après 2014

Des soldats américains en Afghanistan
Des soldats américains en Afghanistan - © AFP PHOTO/Tony KARUMBA

La Belgique sera sans doute sollicitée, au nom du "partage du fardeau" entre les alliés, pour participer à la mission d'assistance aux forces afghanes que l'Otan prépare pour succéder à l'actuelle force internationale d'assistance à la sécurité (Isaf) à partir de 2015, a prédit mercredi le "patron" de l'armée, le général Gerard Van Caelenberge.

Cette nouvelle mission devrait s'orienter vers des aspects plus "techniques", comme l'utilisation par les militaires afghans de la "troisième dimension" (le ciel), plutôt que l'entraînement de troupes terrestres actuellement assuré par l'Isaf, a indiqué le chef de la Défense (Chod) lors d'une rencontre - la première du genre depuis son entrée en fonction en juillet - avec quelques journalistes à Bruxelles.

Deux équipes belges - appelées "Military Advisory Team" (MAT) - assurent depuis 2009 l'encadrement d'un "kandak" (bataillon) afghan et, au niveau supérieur, de l'état-major d'une brigade. Mais cette mission, qui respecte les échéances de progression fixées par l'Isaf, devrait prendre fin en 2014, année fixée pour le retrait des forces occidentales déployées en Afghanistan, soit quelque 112 000 hommes d'une cinquantaine de nationalités.

L'Otan a entrepris de peaufiner les contours de sa future mission de "formation, de conseil et d'aide" aux forces de sécurité afghanes (ANSF, armée et police) à partir de 2015 que les dirigeants alliés ont décidé de lancer lors du sommet de Chicago, en mai dernier. Elle pourrait, selon les prévisions actuellement, compter de 10 000 à 20 000 personnes.

Selon le général Van Caelenberge, l'Otan devrait, au nom du "partage du fardeau", solliciter la Belgique pour y participer, mais selon des modalités qui restent à définir. Ce sera alors au gouvernement de décider.


Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK