La Belgique prête à examiner la restitution à la RDC de tous les biens coloniaux

La Belgique est prête à examiner, de commun accord avec les autorités congolaises, la restitution de la totalité des biens et oeuvres d'art issus de la colonisation de l'ex-Congo belge en possession des institutions fédérales, a indiqué mercredi le secrétaire d'Etat belge à la Politique scientifique, Thomas Dermine, en visite en République démocratique du Congo (RDC).

Le gouvernement fédéral a lancé début juillet un vaste chantier d'étude sur la provenance des biens - spoliés ou non - issus de la colonisation du Congo ex-belge. Ce cadre a été fixé, avec une belle unanimité des sept partis formant la coalition Vivaldi, pour préparer la restitution de ces biens, qui pourrait concerner des milliers d'objets dans les prochaines années.


►►► À lire aussi : Colonisation du Congo par la Belgique : un enseignement lacunaire dans les écoles francophones belges, et congolaises


Ce cadre, qui doit encore être traduit en projet de loi et approuvé, peut-être avant la fin de l'année, par la Chambre, "est précurseur" par rapport à ceux existants dans d'autres pays ayant une histoire coloniale, comme la France, l'Allemagne et le Royaume-Uni, a assuré Thomas Dermine, 

Il concerne "a priori 100% des oeuvres" en possession des institutions fédérales, - dont le principal est l'AfricaMuseum de Tervueren mais aussi le Musée des Sciences naturelles de Bruxelles, dépendant de l'Institut (IRSB) -, a expliqué le secrétaire d'Etat lors d'une rencontre à Kinshasa avec quelques journalistes.

On reconnait ainsi que le régime colonial était inégalitaire

"On reconnait ainsi que le régime colonial (l'Etat indépendant du Congo a été la propriété personnelle du roi Léopold II de 1885 à 1905, avant de devenir colonie belge jusqu'au 30 juin 1960, date de l'indépendance du pays) était inégalitaire", a ajouté Thomas Dermine à l'issue d'une visite aux réserves du Musée national de la RDC (MNRDC) au Mont-Ngaliema.

L'adoption de cette loi sur la restitution doit ensuite permettre l'ouverture de discussions avec les autorités congolaises - les interlocuteurs restent à définir - les modalités.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK