La Belgique peine à respecter ses engagements financiers à l'égard de l'Otan

Bruxelles, quartier général de l'Otan.
Bruxelles, quartier général de l'Otan. - © BENOIT DOPPAGNE - BELGA

En 2014, les pays membres de l'Otan se sont engagés à consacrer au moins 2% de leur PIB à la défense. Mais avec 0,93 % de son PIB consacré aux dépenses militaires, la Belgique est très loin du compte et se positionne bonne avant-dernière du classement, à égalité avec l'Espagne.

Seul le Luxembourg fait moins bien que les Belges et les Espagnols. En 2018, 8 pays alliés devraient approcher ou dépasser la barre de 2%. Et la majorité des pays membres a entamé une augmentation de leurs dépenses militaires depuis 2014.

La Belgique rattrape lentement son retard

La Belgique s'inscrit très lentement dans cette tendance. Mais même en comptant les 9,4 milliards d’investissements pour l'achat de nouveau matériel dans les années à venir, dont le remplacement des F16, la Belgique ne parviendra pas à respecter ses engagements. Du moins à court terme. Le chemin pour la Belgique sera long pour les respecter, a récemment déclaré le secrétaire général de l'OTAN.

Côté belge, la défense est connue. Le pays joue la carte du partenaire fiable et compense ses maigres contributions financières par une participation régulière à des opérations de l’alliance.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK