"La Belgique partage le sentiment d'urgence et agit", assure Marie-Christine Marghem devant la COP23

"La Belgique partage le sentiment d'urgence et agit", a d'emblée déclaré la ministre belge à l'adresse de ses pairs, réunis pour le deuxième jour du segment de haut niveau de la COP23, avant de préciser ce qui est entrepris sur le front climatique.
2 images
"La Belgique partage le sentiment d'urgence et agit", a d'emblée déclaré la ministre belge à l'adresse de ses pairs, réunis pour le deuxième jour du segment de haut niveau de la COP23, avant de préciser ce qui est entrepris sur le front climatique. - © BENOIT DOPPAGNE - BELGA

La ministre fédérale de l'Énergie, de l'Environnement et du Développement durable, Marie Christine Marghem a détaillé les mesures et initiatives prises par la Belgique dans la lutte contre les changements climatiques, jeudi lors de son discours en séance plénière de la COP23 à Bonn (Allemagne).

"La Belgique partage le sentiment d'urgence et agit", a d'emblée déclaré la ministre belge à l'adresse de ses pairs, réunis pour le deuxième jour du segment de haut niveau de la COP23, avant de préciser ce qui est entrepris sur le front climatique.

Coalition contre le charbon

Et Marie-Christine Marghem d'évoquer la résolution interparlementaire belge adoptée début de semaine (annonçant notamment un objectif de diminution des émissions de gaz à effet de serre de 95% en 2050), la ratification par la Belgique mardi de l'amendement de Doha au Protocole de Kyoto, le ralliement ce jeudi à une coalition mondiale, initiée par le Canada et le Royaume-Uni, contre le charbon comme source d'énergie ou encore le financement climatique octroyé.

"Dans le cadre de l'engagement pris par la Belgique en matière de financement climatique, nous avons alloué plus de 334 millions d'euros durant la période 2013-2016. En 2017, 18 millions d'euros sont consacrés au Fonds pour les pays les moins avancés et près de quatre millions pour le Fonds d'adaptation. Nous pouvons également annoncer qu'en 2018, ces contributions pour ces deux fonds seront respectivement de 11 et quatre millions", a précisé la ministre.

Concernant les négociations en cours à Bonn, la Belgique est favorable, "en tant que l'un des plus importants contributeurs au Fonds d'adaptation", à ce qu'une décision puisse être prise sur son rôle pour concrétiser les engagements pris en vertu de l'Accord de Paris.

Enfin, la ministre a réitéré l'implication de la Belgique dans la protection des océans, un thème cher aux petits Etats insulaires et mis en avant lors de la COP23 par la présidence fidjienne.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK