La Belgique franchit un premier pas symbolique vers l'interdiction des produits "tueurs d'abeilles"

La Belgique franchit un premier pas vers l'interdiction des produits "tueurs d'abeilles"
La Belgique franchit un premier pas vers l'interdiction des produits "tueurs d'abeilles" - © PHILIPPE HUGUEN - AFP

Une majorité s'est dégagée aujourd'hui en commission de la Santé Publique à la Chambre pour voter une interdiction de la vente des produits contenants des néonicotinoïdes en Belgique. Derrière ce nom difficile à prononcer, se cache une substance utilisée dans l'agriculture pour l'élimination de certains insectes, de champignons, etc. Mais ces produits affectent aussi les populations d'abeilles qui jouent un rôle indispensable de pollinisateur.  

Le texte porté depuis longtemps par les écologistes francophones et flamands a recueilli le vote d'une majorité alternative composée d'Ecolo et Groen, du PS, du spa, du CDH et de la N-VA. Les autres partis représentés en commission de la Santé Publique (MR, CD&V, Open-Vld) se sont abstenus.

La Belgique plus stricte que l'UE

Une interdiction de l'utilisation des néonicotinoïdes avait déjà été décrétée au niveau européen au printemps 2018. Mais elle prévoit de nombreuses dérogations qui permettent de maintenir l'utilisation de ces produits. La proposition de loi votée en commission à la Chambre ce mardi 12 mars est plus stricte que les règles européennes selon les auteurs du texte.  

A ce titre, la Belgique avait d'ailleurs demandé une dérogation aux règles européennes pour pouvoir continuer à utiliser ses produits. Le ministre de l'agriculture, le libéral Denis Ducarme, avait justifié cette demande de dérogation par l'absence d'alternative à ces produits dans la culture de la betterave et de la chicorée. Ces cultures sont touchées en Belgique par une maladie véhiculée par le puceron.

Si le texte prévoyant l'interdiction des néonicotinoïdes en Belgique est parvenu a recueillir une majorité aujourd'hui, c'est d'ailleurs grâce l'ajout d'un amendement qui prévoit une période transitoire pour la culture des betteraves et des chicorées. L'interdiction belge des néonicotinoïdes ne s'appliquera pour ses cultures qu'après 2021. Une exception à nouveau justifiée, selon le texte de l'amendement, par "l’absence d’alternative pour éliminer les pucerons et les insectes du sol dans les cultures de betteraves et de chicorées". La période transitoire devra donc être mise à profit pour trouver des alternatives biologiques ou mécaniques à ces néonicotinoïdes dans la culture betteravière.

L'adoption de la loi n'est pas pour tout de suite

Mais pour que cette interdiction soit d'application sur le territoire belge, il y a encore des étapes à franchir. Le texte devra d'abord être notifié à la Commission Européenne. Ce n'est qu'après avoir reçu l'avis de la Commission Européenne que la proposition de loi votée aujourd'hui en commission de la Santé Publique sera soumis au vote en séance plénière. La fin de la législature est proche. Il n'est donc pas garanti que la proposition de loi visant à interdire les néonicotinoïdes en Belgique soit encore adoptée avant les élections de mai 2019.  

Archives: Journal télévisé 27/04/2018

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK