La Belgique, "dans le top des pays européens" en termes de tests de dépistage, vraiment?

Test de dépistage effectué dans une maison de repos en Belgique
Test de dépistage effectué dans une maison de repos en Belgique - © BENOIT DOPPAGNE - BELGA

Au-delà de l'annonce des nouvelles mesures liées au déconfinement, la Première ministre Sophie Wilmès déclarait hier lors de sa conférence de presse: "Au niveau du testing, la Belgique s'illustre positivement puisque nous sommes dans le top des pays européens".

A en croire donc la Première ministre, notre pays est un bon élève si l'on examine son bulletin de testing. Qu'en est-il vraiment? La Belgique fait-elle effectivement mieux que les autres Etats européens? Analyse. 

Près d'un demi million de tests en Belgique

Selon les chiffres publiés par l'Institut belge de santé Sciensano, entre début mars et le 6 mai, le nombre total de tests effectués par les laboratoires (le centre national de référence et les autres laboratoires cliniques qui effectuent le test) s'élève à 290.077.

A cela s'ajoute, depuis le 10 avril, les 203.248 tests qui ont été réalisés par la plateforme nationale de tests en maisons de repos et autres collectivités résidentielles. Autrement dit, un total de 493.325 tests ont été effectués dans notre pays depuis le début de l'épidémie.

Dans le top 3 européen

Pour comparer le nombre de tests effectués dans les autres pays européens, il convient d'adopter une échelle de comparaison. Prenons le nombre de personnes testées par million d'habitants. 

Le portail mondial de statistiques Statista dresse une comparaison sur base des chiffres fournis par chaque Etat européen jusqu'au 6 mai. Ainsi, avec 40.914 personnes par million d'habitant qui ont été testées jusqu'à hier, la Belgique décroche la troisième place des pays européens. Le Portugal fait mieux avec 46.038 personnes par million d'habitant, suivi de l'Espagne avec 41.332 personnes par million d'habitants.

Derrière la Belgique, on retrouve l'Italie (37.158), la Suisse (33.092), la Russie (31.752), l'Allemagne (30.400). Viennent ensuite le Canada (24.921) et les Etats-Unis (23.347). Suivent le Royaume-Uni (20.385) et la France (16.856).

Les autorités belges peuvent donc effectivement se vanter d'avoir placé la Belgique parmi les bons élèves au niveau du testing. Mais cela n'a pas été toujours le cas, surtout au début de l'apparition du coronavirus. 

Lent, très lent démarrage

Après un premier cas positif le 4 février rapidement maîtrisé, la Belgique est frappée par le coronavirus le 29 février. Rapidement, il apparait que le pays n'est pas prêt à tester toutes les personnes malades. A l'époque, les tests de dépistage sont réservés aux personnes symptomatiques. Ainsi, la première semaine, seulement 3.930 tests sont effectués.

Rapidement les épidémiologistes appellent les autorités à augmenter le nombre de tests de dépistage et à l'étendre à d'autres catégories de personnes. Il y va de la bonne maîtrise de la pandémie.

Au fil des semaines, les tests sont étendus aux maisons de repos, puis à tous les patients qui entrent à l'hôpital. Depuis cette semaine, les tests sont également possibles pour toutes les personnes qui présentent des symptômes similaires à ceux du coronavirus, comme la perte de goût, de l'odorat ou des fatigues importantes accompagnées de température.

Ces dernières 24 heures, 19.149 tests ont été effectués. Ce qui nous rapproche - tout doucement - des 25.000 tests par jour, une promesse du ministre fédéral Philippe De Backer (Open VLD) faite il y a déjà plusieurs semaines