La Belgique a le record du monde de l'indisponibilité des réacteurs nucléaires

Encore un problème pour une centrale nucléaire belge. Cette fois c'est au tour de Doel 3. Le réacteur est à l’arrêt depuis plusieurs semaines. Cet arrêt risque d'être prolongé en raison de graves problèmes révélés dans la presse ce matin. 

Doel 3 est à l'arrêt depuis le mois de septembre pour un entretien normal. Cet entretien aurait dû se terminer le 6 novembre. Mais, comme l’écrit le journal le Soir, des travaux d'inspection ont révélé que le béton du bunker qui abrite des éléments de secours s'effrite.

Le chef de groupe Ecolo-Groen Jean-Marc Nollet est au courant de ce problème. Il a déjà interpellé le ministre de l'Intérieur Jan Jambon à ce sujet. Cela signifie un arrêt de longue durée : "Cela va durer encore plusieurs mois. Au moins jusqu’au printemps. Et il n’est pas exclu qu’un problème similaire se révèle sur les autres réacteurs. Pour l’instant on ne peut pas les tester parce que ce sont des locaux qui demeurent inaccessibles tant que les réacteurs sont en fonctionnement".

L'Agence fédérale de contrôle nucléaire, l'AFCN, que nous avons tenté de contacter ce matin, demande à Electrabel de remplacer le béton défaillant. Elle estime aussi que l'exploitant doit réaliser suffisamment de contrôles.

Une triste réputation

La Belgique détient le record du monde de l'indisponibilité imprévue des centrales nucléaires, a dénoncé jeudi le chef de groupe Ecolo-Groen à la Chambre, Jean-Marc Nollet. Pour lui, "ce nouveau problème pose sérieusement la question de la fiabilité de nos centrales

Prolonger une technologie aussi inutile que dangereuse

"Nous détenons le triste record du monde de l'indisponibilité imprévue de nos centrales nucléaires. Alors que la moyenne mondiale se situe sous les 4%, la Belgique caracole largement en tête avec plus de 25%, loin devant l'Iran (13,5%) et la Tchéquie (8,8%). La responsabilité d'Electrabel est écrasante et sa négligence n'a d'égal que son obstination à prolonger une technologie aussi inutile que dangereuse", a affirmé le député écologiste dans un communiqué.

"Pour une énergie qui se veut 'stable', l'indisponibilité globale de nos sept réacteurs dépasse l'entendement. Au moment où certains tergiversent encore au sein de la majorité, le signal envoyé par nos centrales vieillissantes est on ne peut plus clair : prolonger le nucléaire c'est prolonger l'incertitude et prendre le risque d'incidents et de black-out ingérables. La Belgique doit sortir du nucléaire au plus vite. Différentes études récentes ont montré que c'était parfaitement possible. N'attendons plus pour nous tourner vers l'avenir et la sécurité", a ajouté Jean-Marc Nollet.

>>> A lire aussi : l'AFCN confirme un manque d'entretien du bunker, "pas de panique" pour Engie

Ecoutez la réaction de Jean-Marc Nollet (Ecolo)

Selon le journal Le Soir, qui cite jeudi un rapport de l'Agence fédérale de contrôle nucléaire (AFCN), un manque d'entretien de la part d'Electrabel peut être mis en cause pour expliquer la poursuite de la fermeture du réacteur de Doel 3. Un bunker abritant des équipements de secours (pompes de secours et générateurs diesel) et situé dans la partie non-nucléaire du site présente des fissures et/ou de détachements de morceaux de béton, précise le quotidien. 

Sujet du Journal télévisé de 13 heures:

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK