La Belgique a 20 ans pour améliorer les conditions de détention dans les prisons

9 mètres carrés. C'est la superficie que se partagent deux détenus à la prison d'Andenne. "C'est pas beaucoup, on est toujours obligés de s'arranger pour pas se bousculer, il n'y a pas d'intimité", nous confie l'un d'entre eux. Cette situation devra bientôt changer. Un arrêté royal précise de nouvelles normes que les prisons belges devront appliquer pour 2039.

Un détenu : 10 m²

Superficie, hauteur, largeur, luminosité, sécurité, hygiène: l'arrêté comporte de nombreux point pour améliorer les conditions de détention. Par exemple, une cellule individuelle devra avoir une superficie de 10 m² minimum ainsi qu'un espace sanitaire séparé. Les fenêtres doivent mesurer 1 m² minimum et apporter une lumière naturelle. Le lit doit être placé au centre de la cellule de punition. Bref, une série de mesures qui visent à répondre aux recommandations du comité européen pour la prévention de la torture. 

Un challenge pour les prisons belges

Dans la prison d'Andenne, les cellules "duo" devront donc changer. 12 m² au lieu de 9 actuellement. "Cela nécessitera des travaux conséquents. Ce ne sont pas des cloisons, ce sont des murs en béton armé! La seule solution pour ne pas tout casser serait de mettre chaque détenu en cellule individuelle, mais alors il n'y aura pas assez de place pour tout le monde", explique Marc Dizier, chef de l'établissement. Sans compter que certaines prisons belges datent du 19e siècle... Actuellement, une analyse d'impact est en cours pour évaluer les mesures à prendre pour que les 35 prisons du pays soient aux normes dans 20 ans. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK