La baronne Lily de Gerlache, grande figure de la résistance, s'est éteinte à l'âge de 96 ans

La baronne Lily de Gerlache en 1997 et en 1959
7 images
La baronne Lily de Gerlache en 1997 et en 1959 - © RTBF

Elle s’appelait Anne-Marie de Gerlache de Gomery-van Oost. Selon La Libre Belgique, la baronne de Gerlache est décédée. Déportée dans le camp de Ravensbrück, résistante, féministe, patriote, l’épouse de l’explorateur Gaston de Gerlache et belle-fille d’Adrien (lui aussi fameux aventurier des glaces antarctiques), cette femme de caractère qui a été bourgmestre, a toute sa vie été éprise de liberté.

Lily (son surnom) van Oost grandit dans le village de Mullem. A présent faisant partie de l’entité d’Audenarde, elle le dirigea peu avant la fusion des communes. Elle prit le relais de son époux, qui a été à la tête du village durant 18 ans. Désirant créer une atmosphère harmonieuse pour tout âge, elle mit sur pied, par exemple, en 1969, la tradition des Valiezenkoers (course cycliste ludique et participative, où un vêtement doit être mis au participant après chaque tour du village). Cette épreuve subsiste encore de nos jours, dans ce petit coin aux environs des Ardennes flamandes.

Pendant la guerre, la jeune femme est ambulancière. Elle a 16 ans en 40. La maison familiale, à Mullem, va être mise au service de la résistance. Elle servira, tout comme l’autre domicile de cette famille aisée, à Gand, de "boîte-aux-lettres" pour l’AS, l’armée secrète. La jeune femme, elle, livrera armes et documents dans les Flandres. Au péril de sa vie. Elle sera arrêtée à Bruxelles peu avant la libération. Dénoncée par le bourgmestre de Mullem.

En septembre, déportée, elle arrive au camp de Ravensbrück. Situé au nord de Berlin, ce camp de concentration est réservé aux femmes et aux enfants. Lily van Oost souffrira. Beaucoup. Selon Christian Laporte, qui lui a consacré un portrait aussi dans Le Soir, elle y contractera une maladie, le paratyphus. Elle se remettra ensuite de ses blessures physiques en Suède. Quant aux traumatismes psychiques, elle ne les oubliera jamais.

Citoyenne d’honneur de la commune de Woluwe-Saint-Lambert (vous pouvez d’ailleurs retrouver le discours du bourgmestre à cette occasion ici), Lily van Oost a, toute sa vie durant, voulu mettre en garde contre le populisme et le racisme. Patriote, en 2014, elle prit la parole contre la venue de la N-VA au gouvernement fédéral. La baronne tenait aussi à refuser toute forme d’oubli. C’est ainsi qu’elle sera à l’initiative d’un mémorial aux femmes déportées (le "Monument Ravensbrück", érigé dans le parc Georges Henri).

Une des autres passions madame de Gerlache : les roses. Amoureuse de ces fleurs, une rose porte même son nom et elle fut à la tête d'une association encore connue: les Amis de la Rose. Elle était aussi présidente honoraire.  

 

Une famille marquante de l’histoire belge

Des explorateurs, les "de Gerlache". Le père de son mari, Adrien de Gerlache de Gomery (Gomery étant un petit village près de Virton), se lance à l’assaut de l’antarctique à la fin du XIXe siècle avec Le Belgica. Il restera 13 mois dans les glaces polaires. Cette expédition marque son temps et l’histoire de notre petit pays. Ensuite, il mènera trois expéditions, mais au pôle nord, cette fois.

Son mari, Gaston de Gerlache (de Gomery), est mort en 2006. Explorateur comme son père, il mènera des expéditions au nom du pays à partir de la base Roi Baudouin (ancêtre de la station Princesse Elisabeth). Un de ses petits-fils (elle en a 18, ayant eu 5 enfants), Henri, lui, suivra aussi les traces de son grand-père, mais en tant qu’homme de cinéma. Née en octobre 1923, Lily de Gerlache de Gomery était âgée de 96 ans. 

Archives RTBF : "C’est du Belge", 2007

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK