L'Otan va renforcer sa présence sur son flanc du sud-est

L'Otan va renforcer sa présence sur son flanc du sud-est
L'Otan va renforcer sa présence sur son flanc du sud-est - © Belga

Huit pays alliés se sont engagés jeudi à fournir des officiers d'état-major et cinq autres pays des forces terrestres et aériennes pour assurer la police aérienne et effectuer des exercices sur le flanc sud-est de l'Otan, a annoncé le secrétaire général de l'organisation, Jens Stoltenberg, au terme d'une session consacrée au renforcement de la stratégie de dissuasion et de défense, lors de la deuxième journée de rencontre des ministres de la Défense de l'Alliance à Bruxelles. Les 28 ministres de la Défense alliés ont abordé le renforcement de la présence de l'Alliance sur son flanc sud-est, soit dans les environs de la Bulgarie, Roumanie et en Mer Noire. La brigade-cadre multinationale en Roumanie recevra l'appui d'officiers de huit pays alliés et de forces terrestres et aériennes de cinq autres d'entre eux.

Présence navale accrue en mer Noire

En outre, l'Otan va accroître sa présence navale en Mer Noire afin de bénéficier d'une meilleure connaissance de la situation, mais aussi dans le but d'effectuer des formations et des exercices. "Plusieurs alliés de l'Otan partagent une partie du littoral en Mer Noire", a justifié Jens Stoltenberg qui a tenu à rappeler que la présence de l'Otan sera "accrue", mais que le renforcement se fera toutefois de façon "mesurée" et dans un but "purement défensif". "Cela s'inscrit dans la stratégie de dissuasion et de défense de l'Otan qui fait face à un un environnement en constante évolution", a-t-il encore précisé. La Russie, qui borde aussi la mer Noire, voit d'un très mauvais œil ce renforcement de la présence militaire alliés à proximité de ses frontières.

Bataillons "robustes" opérationnels en juin prochain

En ce qui concerne les quatre bataillons multinationaux et "robustes" déployés sur le flanc est de l'Alliance - qui comptent des troupes belges - le secrétaire général a annoncé qu'ils seront opérationnels en juin prochain. Les ministre se sont également accordés sur un nouveau plan de cyberdéfense et ont mis au point une feuille de route pour la mise en oeuvre du cyberespace comme domaine opérationnel, a conclu Jens Stoltenberg. L'Otan a été la cible de cyberattaques toujours plus fréquentes. Ainsi, en 2016, elle a dénombré pas moins de 500 cyberincidents par mois, soit une augmentation de 60% par rapport à 2015. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK