L'Open VLD veut aussi le droit de vote à 16 ans

Le député Open VLD Vincent van Quickenborne propose le texte avec Patrick Dewael.
Le député Open VLD Vincent van Quickenborne propose le texte avec Patrick Dewael. - © THIERRY ROGE - BELGA

Le débat n'est pas neuf mais un consensus commence tout doucement à se créer entre les formations politiques. Le débat, c'est celui sur l'abaissement de l'âge du droit de vote, de 18 à 16 ans. L'Open VLD, au travers de deux députés fédéraux, Vincent van Quickenborne et Patrick Dewael, vient d'introduire une série de propositions afin d'obtenir une modification de la loi relative à l'organisation des élections. Ils visent les élections fédérales, régionales et européennes.

Une évolution historique

Pour les libéraux flamands, abaisser l'âge du droit de vote fait partie d'une évolution historique. En dehors des ressortissants étrangers ou des personnes privées de leurs droits civiques, "la principale limitation qui touche encore une grande partie de la population est l’âge minimum requis pour exercer le droit de vote. Celui-ci est aujourd’hui de 18 ans, alors qu’il était de 25 ans lors de la création de la Belgique. Pour les élections législatives, il a été ramené à 21 ans en 1919 et à 18 ans en 1981. Nous pouvons par conséquent constater une évolution, le constituant ayant estimé qu’il était bel et bien possible de faire des choix politiques délibérés à un âge toujours plus précoce", précisent les deux députés dans leur texte. 

"Dans l’intervalle, l’âge minimum requis pour exercer le droit de vote lors de consultations populaires communales en Région flamande a été abaissé à 16 ans. Malgré cette évolution, des jeunes – concrètement, ceux âgés de 16 et 17 ans –, restent privés du droit de vote lors des élections des parlements des entités fédérées. Il est du devoir du législateur spécial de se demander s’il se justifie encore ou s’il est encore pertinent d’exclure ces groupes de citoyens."

Les préoccupations des jeunes

Quels sont les autres arguments qui plaident pour un abaissement de l'âge, selon l'Open VLD? Un plus juste reflet de la population, mise à l'agenda politique des préoccupations des jeunes, faire prendre conscience aux jeunes de l'importance que revêt leur voix.

"Il est en outre erroné d’affirmer que les 16-17 ans ne sont pas intéressés par la politique et qu’ils ne “méritent” dès lors pas d’avoir le droit de voter. C’est plutôt l’inverse qui est vrai. Il ressort de plusieurs études que les jeunes qui sont expressément associés, notamment par l’octroi du droit de vote, commencent à manifester de l’intérêt pour la vie politique. En confiant des responsabilités aux jeunes nous leur permettons de les assumer en toute conscience. Dans les pays où l’âge du droit de vote a été abaissé, un intérêt croissant pour les campagnes électorales a été constaté parmi les groupes d’électeurs les plus jeunes."

Cours de citoyenneté

La mise en place d'un cours de citoyenneté dans les écoles est également un argument avancé par les libéraux flamands. "On pourrait avancer comme contre-argument majeur l’absence d’éducation à la citoyenneté dans l’enseignement. Il convient toutefois de nuancer ce contre-argument. D’une part, il ne faut pas sous-estimer le rôle de l’enseignement formel. Grâce aux nouveaux médias, la jeune génération actuelle est sans doute la génération qui est le plus et le plus rapidement informée de l’histoire. D’autre part, l’organisation d’un cours de citoyenneté est envisagée dans l’enseignement. L’élargissement du droit de vote incitera plutôt à lui accorder une place plus prépondérante dans les programmes scolaires. L’abaissement de l’âge du droit de vote n’est-elle pas la meilleure manière de mettre la théorie en pratique?"

Le VLD avance par ailleurs l'allongement de l'espérance de vie et le risque qu'une augmentation de l'âge moyen des électeurs. "Cela risque d’entraîner une perturbation des relations intergénérationnelles, si les représentants politiques n’ont pas conscience des intérêts en jeu pour la jeune génération, en particulier à long terme."

Majorité pénale: désaccord entre le VLD et le MR

En 2015, Ecolo-Groen avait déjà avancé ses pions avec une proposition. Le MR avait répondu à l'époque qu'un abaissement de l'âge n'est concevable que pour les communales et si un débat pouvait être mené simultanément sur l'abaissement de l'âge de la majorité pénale.

Le VLD a un avis différent. "On associe souvent l’âge du droit de vote et la notion de majorité, par exemple sur le plan pénal ou civil. Or, il n’existe aucun lien juridique entre ces deux notions. Par ailleurs, l’âge n’a pas non plus été harmonisé dans ces domaines. C’est ainsi que des jeunes de seize ou dix-sept ans peuvent comparaître devant le juge dans certaines circonstances, qu’ils peuvent se marier et fonder une famille, qu’ils peuvent prendre des décisions médicales, y compris des décisions aux conséquences très lourdes comme le recours à l’euthanasie. Si les jeunes sont en mesure d’endosser de telles responsabilités, pourquoi ne pas également leur accorder le droit d’élire leurs représentants?"

16 ans en Autriche, en Bosnie, en Suisse...

En Europe, dans et hors Union, des pays autorisent déjà le vote dès 16 ans, sous certaines ou sans conditions: l'Autriche, la Bosnie, l'Allemagne, la Suisse... "Dans sa résolution 1826  (2011), l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe appelle les États membres à examiner la possibilité d’abaisser l’âge électoral à 16 ans pour toutes les élections", rappellent l'Open VLD qui souhaiterait une mise en pratique pour les élections de 2019.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK