L'Office central pour la répression de la corruption enquête sur l'ASBL Let's Go Urban

 L'ASBL Let's Go Urban est l'association de la députée flamande Sihame El Kaouakibi (Open Vld).
L'ASBL Let's Go Urban est l'association de la députée flamande Sihame El Kaouakibi (Open Vld). - © DIRK WAEM - BELGA

L’Office central pour la répression de la corruption (OCRC) reprend l’enquête sur les soupçons de malversations financières concernant l’ASBL Let’s Go Urban, l’association de la députée flamande Sihame El Kaouakibi (Open Vld), d’après une information rapportée vendredi par le Nieuwsblad et confirmée par le parquet d’Anvers.

En plus d’une possible fraude aux subventions, il s’agirait d’éventuelles fraudes liées aux dépenses électorales. Le parquet n’a pas souhaité commenter davantage à ce stade.

Le parquet d’Anvers avait ouvert début février une information judiciaire sur l’association de cette entrepreneuse sociale très reconnue au nord du pays, entrée récemment en politique. La Ville d’Anvers examine aussi la manière dont ont été utilisés des subsides pour cette ASBL.

La députée flamande Sihame El Kaouakibi (Open Vld) a elle-même porté plainte pour faux en écritures et fraude informatique. Elle a affirmé n’avoir jamais utilisé de subsides illégalement. Selon elle, des documents de délibérations du conseil d’administration de l’ASBL ont été "modifiés de manière irrégulière et/ou ont disparu". L’élue se dit aussi victime d’un piratage informatique de la part d’un collaborateur de l’association.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK