L'objectif de 70% de la population belge vaccinée devrait être atteint: retour à une vie normale en septembre?

Sur base des données actuelles, la campagne de vaccination en Belgique pourrait être menée à bien aux alentours de la fin septembre, avec une vaccination de 70% de la population.  C’est ce qu’a communiqué Dirk Ramaekers, le patron de la taskforce "Vaccination", lors d’une séance de la Commission "Santé", à la Chambre.

La vaccination des jeunes pourrait commencer avant l’été, selon les dernières estimations.

Plus de doses de vaccins disponibles

En commission "Santé", à la Chambre, la task force vaccination a présenté sa stratégie pour les mois à venir. Il s’agit encore à ce stade d’une proposition qui doit encore être soumise à la Conférence Interministérielle (CIM) Santé publique et au prochain Comité de concertation du 22 janvier.

En introduction, le ministre de la Santé publique Frank Vandenbroucke a souligné que cette stratégie était appelée à évoluer en fonction de la disponibilité des stocks, de l’avancement de la recherche ou encore des autorisations de mise sur le marché.

Le schéma présenté vendredi sera dès lors modifié en conséquence. Selon le ministre, on pourrait dès lors retrouver une vie totalement normale à cette échéance. "C’est une excellente nouvelle", a-t-il commenté.

La Commission européenne a informé que 300 millions de doses supplémentaires du vaccin Pfizer pourront être achetées. Le ministre belge de la Santé, Frank Vandenbroucke a confirmé que "notre pays a souscrit immédiatement à la procédure d’achat". Le rythme des livraisons du vaccin Pfizer devrait donc pouvoir s’accélérer. "Depuis mardi, nous avons obtenu des certitudes, à savoir 89.700 doses par semaine", a expliqué Frank Vandenbroucke.

Accélération du calendrier de vaccination

Le président de la Task Force, le Prof. Dirk Ramackers a détaillé le calendrier de vaccination tel qu’il est à présent envisagé. La vaccination dans les maisons de repos et maisons de repos et de soin devrait être terminée mi-février. La vaccination du groupe suivant, celui qui comprend le personnel du secteur des soins de santé devrait alors commencer très vite, estime le Prof. Ramackers. "Cela ira plus vite, fin janvier ou début février", a-t-il expliqué. C’était initialement prévu à la mi-février. La vaccination pourrait alors aussi être lancée dans les institutions collectives de soins et pour les autres catégories de personnel dans les hôpitaux.

Au mois de mars, ce serait au tour des personnes de plus de 65 ans d’être vaccinées ainsi que les patients à risque.

En avril, démarrerait la vaccination des personnes occupées dans des fonctions sociales et/ou économiques essentielles.

Le reste de la population, donc tous ceux âgés de plus de 18 ans pourraient commencer à être vaccinés à partir du mois de juin. Cela signifie que les jeunes pourraient être vaccinés avant l’été, en réponse aux craintes émises par certains que les générations les plus jeunes doivent attendre trop longtemps et rester dans l’incertitude.

A la fin de l'été, en septembre, l'objectif de vaccination qui a été fixé par les autorités, celui de 70% de la population, pourrait être atteint. 

Ce calendrier sera réalisable si les stocks de vaccins se constituent comme prévu. Tout dépendra de la capacité des firmes pharmaceutiques à fournir ce qui a été commandé. Le calendrier présenté ce vendredi a aussi été élaboré dans l'hypothèse d'une mise en place par les entités fédérées et les autorités locales de 200 centres de vaccination à travers le pays, ouverts 7 jours sur 7, puisqu’il est certain que les hôpitaux ne suffiront pas pour administrer tous les vaccins prévus.

Chaque personne vaccinée recevra un certificat officiel via la plateforme masante.belgique.be.  

La Belgique a commandé 5 millions de vaccins Pfizer/BioNTech, 2 millions de doses Moderna, 7,5 millions d'AstraZeneca, 5 millions de Janssen (Johnson & Johnson) et 2,9 millions (BIEN 2,9) de vaccins Curevac.

Encore des incertitudes autour des vaccins

Lors de la séance de la commission "Santé" de la Chambre, le Prof. Pierre Vandamme, de l’Université d’Anvers a expliqué qu’il restait encore des incertitudes sur les effets des vaccins contre le Covid-19.

Ainsi, on ne sait pas encore exactement si une personne vaccinée reste contagieuse ou pas. Il n’y a pas encore d’étude qui permettent de soutenir cette thèse ou de l’exclure. La réponse sera importante, car elle permettra de mesurer l’immunité collective. Des tests ont été effectués sur des animaux. On y constate que la vaccination a un impact sur la présence du virus dans les muqueuses nasales. "C’est prometteur", a expliqué le Prof. Vandamme, mais cela doit encore être confirmé sur les humains.

Une question porte aussi sur l’immunité des personnes qui ont déjà contracté le virus du Covid-19. "On voudrait vacciner ces personnes qui ont été infectées", a déclaré le Prof. Vandamme, car on sait que l’immunité diminue dans le temps après une infection "naturelle". La vaccination des personnes infectées permettrait de "booster leur immunité", a expliqué le Professeur.

 

Extraits de notre 13h de ce vendredi 8 janvier:

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK