L. Michel: "Ce que j'aimerais bien, c'est qu'on respecte le libre choix du MR"

L. Michel: "Ce que j'aimerais bien, c'est qu’on respecte le libre choix du MR"
L. Michel: "Ce que j'aimerais bien, c'est qu’on respecte le libre choix du MR" - © Tous droits réservés

"C'est une question qui ne se pose pas": Louis Michel ne répond pas directement à la question de savoir si son parti pourrait aller seul, du côté francophone en coalition avec la N-VA. "Il faudra attendre d'être dans les circonstances pour savoir quel genre de coalition nous privilégions". Invité de Matin Première, il fait passer son message au PS.

Pas de veto donc: le message du MR est surtout de mettre la pression: "Nous voulions une coalition avec le cdH, mais à partir du moment où on est dans un autre cas de figure, on verra bien". Et d'insister sur la responsabilité du PS et d'Elio Di Rupo dans ces "problèmes au fédéral", provoqués par la précipitation des accords intervenus dans les Régions wallonne et bruxelloise.

"Ce que je crois c'est que la stratégie de monsieur Di Rupo est d’aboutir à 'une coalition-miroir', cela signifie vraiment le contraire de ce que les électeurs ont privilégié : focaliser l’action du gouvernement sur le socio-économique". Une coalition-miroir, c'est-à-dire regroupant au fédéral N-VA et CD&V d'une part, PS et cdH de l'autre; coalition qui traduite une "logique séparatiste (...) qui signifie le retour du communautaire et la mise sur le côté des projets économiques".

Le MR choisira la meilleure manière

"Ce que j'aimerais bien aussi, c'est qu’on respecte le libre choix du MR!", s'exclame Louis Michel. "On nous dit: vous ne pouvez pas aller dans les régions, mais dans une tripartite on vous accepterait... On n'est pas prêt a accepter cette humiliation qui consiste à mépriser 700 000 électeurs".

Et de conclure que le MR choisira, sans exclusive, la meilleurs solution lorsque toutes les possibilités se présenteront: "C’est d'abord vérifier quel est le programme socio-économique qu’on peut mettre en œuvre".

La tripartite est-elle possible, selon Louis Michel? "A partir du moment où on a des majorités symétrique… sinon ce sera difficile". Message clair à destination du PS: "On va choisir la meilleure manière".

W. Fayoumi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK