L'interview qui suscite le débat chez Ecolo: Philippe Lamberts "chrétien et démocrate"

L'interview qui suscite le débat chez Ecolo : Philippe Lamberts "chrétien et démocrate"
L'interview qui suscite le débat chez Ecolo : Philippe Lamberts "chrétien et démocrate" - © NICOLAS MAETERLINCK - BELGA

Dans le magazine "Le Vif" de cette semaine, il y a un vaste dossier sur "le réveil catho", de quoi revenir sur l'élection de Donald Trump, la campagne du candidat François Fillon et plus globalement le retour du religieux en politique. Et dans ce cadre, le lecteur peut découvrir une interview - par le journaliste François Brabant - du député européen Ecolo Philippe Lamberts. Lequel ne cache pas être un catholique pratiquant et confirme bien ce "come-back" du religieux dans la sphère publique et dans le champ politique. "Pendant des décennies, une partie du pouvoir politique a voulu éradiquer la dimension spirituelle de la vie humaine. La logique était : si vous avez une aspiration spirituelle, OK, mais gardez ça chez vous, derrière des portes fermées. Comme si c'était une maladie honteuse".

Et d'enfoncer le "clou" : "En ce qui me concerne, je n'ai aucun problème à dire, y compris sur la place publique, que je suis chrétien. Je n'ai jamais brandi ma foi en étendard, mais je ne l'ai jamais mise dans ma poche. A mes yeux, ce n'est ni un argument de vente, ni une maladie honteuse. Par contre, ce qui me hérisse, c'est l'attitude des hommes politiques qui utilisent la religion comme argument identitaire, et non comme démarche spirituelle". Et Philippe Lamberts de se déclarer "chrétien et démocrate" et de dénoncer avant tout l'utilisation faite par certains autour de lui du catholicisme comme d'un "vecteur pour des politiques néolibérales" bien loin de ce qu'il considère être le message d'équité sociale de l’Église... 

Quelques remous en interne

Une interview qui, visiblement, dès que les bonnes feuilles en ont circulé jeudi, a agité et secoué en interne même d'Ecolo. Non pas que l'engagement chrétien du député soit passé inaperçu jusque-là, mais de quoi plutôt susciter des questions sur l'opportunité et le timing de l'interview. Résultat : peu de commentaires officiels mais beaucoup de critiques en off et quelques posts sur les réseaux sociaux plus ou moins sarcastiques. Certains s'inquiétant des conséquences de ce retour exprimé du religieux, y compris en interne d'Ecolo, avec le risque de remises en cause possible ou une opposition frontale à des avancées légales concernant le droit des femmes (la loi sur l'avortement qui fait l'objet d'attaques et de contestations renouvelées) ou le droit de certaines minorités notamment sexuelles. Voire une remise en cause de la séparation Église-État. Quand on ne redoute pas un retour à l'affichage de signes convictionnels dans la sphère publique - mais attention de tout ceci, il n'est pas question dans l'interview, et c'est précisément ce "vide" qui inquiète parmi les plus critiques.

Ceci alors que d'autres rappellent aussi qu'"Ecolo a été en première ligne pour défendre le droit à l'avortement, l'euthanasie, les droits des LGBT peu importe les convictions de membres dans la maison depuis de nombreuses années". Et tous de souhaiter que l'on en reste à la simple expression d'idées personnelles du député Lamberts sans que cela influe sur la doctrine générale du parti. Les mêmes soulignant que Philippe Lamberts tombe en fait dans la même posture qu'un François Fillon faisant précisément du "religieux sa marque de fabrique et son étendard" quoi qu'il en dise.

Mais attention il est clair aussi que Philippe Lamberts trouve en interne ses défenseurs qui saluent le courage d'afficher clairement sa foi et en appellent précisément à la liberté d'expression, et à "laver son linge sale en famille" plutôt que sur la place publique. Bref, le débat pro et anti fait rage... 

Circulez, il n'y a rien à voir

Mais pour le moment seul commentaire officiel du côté de la direction du Parti : "Ecolo n'est pas divisé par ce clivage laïcs-cathos, chacun est libre de s'exprimer, Philippe Lamberts s'exprime en son nom propre, il en a le droit. Nous assumons être composés et de laïcs et de croyants. Point". Ecolo qui, ce vendredi matin, préférait insister dans sa communication sur sa proposition commune avec Groen pour plus de transparence sur les rémunérations publiques et privées des mandataires politiques. Autrement dit, circulez, il n'y a rien à voir...

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK