L'interview intégrale de Bart De Wever

Le leader de la N-VA s'est exprimé de très longues minutes pour la RTBF.
Le leader de la N-VA s'est exprimé de très longues minutes pour la RTBF. - © RTBF

Christophe Deborsu a obtenu récemment un entretien de 45 minutes avec l'homme fort de la N-VA. Certains propos, comme ceux qui évoquent l'espoir d'un échec des négociations, ont déjà fait couler pas mal d'encre. En exclusivité, voici l'intégralité de l'interview.

On connaît donc les espoirs de Bart De Wever en ce qui concerne les négociations politiques actuelles. Il ne souhaite rien d'autre qu'un échec. Des propos qui ont été critiqué, même en Flandre, par la presse et certaines personnalités politiques.

Avant d'en venir au négociations, Christophe Deborsu a interrogé Bart De Wever sur son avenir. 2012 élections communales, 2014 élections régionales... Et si un choix s'imposait? Car élu bourgmestre d'Anvers, le leader de la N-VA ne pourrait sans doute pas s'offrir le luxe de briguer le poste de Ministre-Président flamand. inutile de dire que côté francophone, on souhaite sans trop se cacher que Bart De Wever opte pour la cité des diamants plutôt que pour le poste de Ministre-Président.

Le programme de la N-VA est aussi au centre de l'interview. Bart De Wever parle bien d'indépendance de la Flandre. Il y ajoute une nuance en précisant que cela doit se faire pas à pas. Impossible de prédire, selon lui, quand cette indépendance pourrait être une réalité. Ce que la N-Va espère, c'est une Flandre indépendante dans une Europe forte. Il reconnaît que la crise actuelle ne sert pas la cause de son parti.

Autre chapitre: la solidarité nord-sud. Bart De Wever pense que la Wallonie vit avec "...une crainte irrationnelle d'âtre abandonnée et appauvrie par une Flandre qui veut simplement s'en aller". Irrationnelle, parce qu'aucun parti flamand, hormis le Vlaams Belang, explique Bart de Wever n'est contre la solidartité. Oui, mais on sait aussi que les électeurs des nationalistes ne sont pas franchement en faveur des transferts. Pour Bart De Wever, la solidarité oui, mais si il est clairement démontré que les fonds transférés sont utilisé correctement.

Bart De Wever est souvent pointé du doigt comme un négationniste. Il dément. Estimant même qu'il n'a plus rien à dire à ceux qui maintiennent ce type d'accusation.

Le leader de la N-VA s'exprime aussi sur beaucoup d'autres sujets. Le succès de son parti par exemple. Une popularité qui est peut-être, pense-t-il, venue trop vite.

Le pire ennemi du Vlaams Belang

L'interview sera donc diffusée ce mercredi dans l'émission "Questions à la Une". L'entretien, comme le reportage sur la N-VA ont été réalisés par Christophe Deborsu. Le journaliste de la RTBF a rencontré Bart De Wever a deux reprises. d'abord en juin, puis plus récemment le 29 août, interview que nous diffusons donc en intégralité.

Christophe Deborsu raconte que le statut du leader de la N-VA a changé entre les deux interviews. "Les gens le sollicitent plus aujourd'hui que lorsqu'il était à la table des négociations. Ils pensent qu'il n'a plus rien à faire. Cela dit, les interviews se sont déroulées dans un climat très détendu." 

Dans l'interview, Bart De Wever évoque, notamment le Vlaams Belang. " Il faut savoir que le plus grand rêve de Bart De Wever, c'est de mettre une raclée électorale au Vlaams Belang et il est en train d'y parvenir. Par contre, on ne peut pas parler de négationniste. C'est un historien qui s'est intéressé à beaucoup de périodes et c'est vrai aussi beaucoup au mouvement flamand."

De Premiers extraits de cette interview ont donc déjà fait réagir. "Bart De Wever c'est un polémiste. Il adore l'affrontement. Mais la polémique est, d'une manière générale, plus développée au nord qu'au sud du pays.  Si ça marche, il pense sans doute qu'il ne doit pas s'arrêter."

Sacha Daout



Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK
Vews
en direct

La Deux

Vews