L'Inspection des Finances critique le projet d'élargissement du Ring

Le ring de Bruxelles
Le ring de Bruxelles - © LAURIE DIEFFEMBACQ - BELGA

L'Inspection des Finances se montre très critique au sujet du projet du gouvernement flamand d'élargir, dans sa partie nord, le Ring qui ceinture la capitale. A défaut d'une vision totale de la problématique de la congestion routière, les plans d'infrastructure routières envisagés n'auront qu'un faible impact sur la fluidité du trafic. De plus, il n'a pas été tenu compte de l'impact d'un nouveau stade national et de l'aménagement du mega-complexe commercial Uplace, à Machelen, ressort-il du rapport rédigé par l'Inspection.

Le gouvernement flamand s'est mis d'accord le 25 octobre dernier sur les modalités de son projet d'élargissent du Ring entre Grand-Bigard et Zaventem, dans lequel il injectera 380 millions d'euros au cours des prochaines années.

Le réaménagement fera passer l'anneau routier de 4 ou six bandes en fonction des endroits à huit à dix bandes de circulation en séparant celles réservées au trafic de transit (3+3) de celles du trafic "local". Les travaux devraient démarrer en 2016 dans la zone de Zaventem.

Seule concession faite à Bruxelles où l'opposition au projet a été vive jusqu'à présent : le Bois du Laerbeek à Jette, en lisière duquel le Ring est aménagé dans sa configuration actuelle, sera maintenu dans son intégralité contrairement à ce qui était annoncé initialement.

La ministre flamande de la Mobilité Hilde Crevits (CD&V) a annoncé que ce vaste projet serait réalisé en parallèle aux investissements que la Flandre prévoit en infrastructures cyclables et de lignes de trams.

Dans son rapport, l'Inspection des Finances a émis un "avis négatif" quant au choix du gouvernement flamand de passer "immédiatement - sans attendre des mesures ne touchant pas à l'infrastructure - à une infrastructure optimalisée et sécurisée".

Selon elle, le projet ne résout pas non plus l'équation du goulet d'étranglement que constitue le viaduc de Vilvorde - qui ne sera pas élargi.

"L'optimalisation est nécessaire pour la sécurité routière"

L'optimalisation du Ring de Bruxelles visée par le projet d'élargissement est nécessaire pour améliorer la sécurité routière, soutient la ministre flamande des Transports, Hilde Crevits (CD&V). Elle réagit ainsi aux critiques formulées par l'Inspection des Finances.

A défaut d'une vision totale de la problématique de la congestion routière, les plans d'infrastructure routières envisagés n'auront qu'un faible impact sur la fluidité du trafic. De plus, il n'a pas été tenu compte de l'impact d'un nouveau stade national et de l'aménagement du mega-complexe commercial Uplace, à Machelen, ressort-il de ce document.

Dans les réponses qu'elle a apportées à ce rapport, avant l'approbation du projet par le gouvernement flamand, Hilde Crevits a notamment rétorqué que l'optimalisation du Ring à réaliser parallèlement à d'autres mesures engendrerait plus de sécurité routière, donc moins d'accident, et moins de bouchons.

Pour elle, ne rien faire à l'infrastructure revient à maintenir en l'état les problèmes de sécurité dans une zone où se succèdent très rapidement des accès et sorties à la ceinture routière. Il faut donc l'adapter tout en mettant en oeuvre des mesures fiscales, et en améliorant les transports en commun ainsi que le réseau cyclable.

"La fluidité améliorée permet aussi de décharger le réseau secondaire, ce qui va améliorer la viabilité des communes riveraines de Bruxelles et de la Flandre", a encore estimé la ministre.

Toujours d'après Hilde Crevits, le projet a bel et bien tenu compte du projet de mega-centre commercial Uplace, mais pas de celui du stade national qui n'était pas encore connu au cours de la phase d'étude du projet. Cela n'empêchera pas d'en tenir compte dans les phases d'étude ultérieures, a-t-elle encore dit.

 

Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK