L'indexation salariale insuffisante face aux baisses de pouvoir d'achat

D'après le dernier rapport du Bureau du Plan, l'indexation salariale semble insuffisante face aux baisses de pouvoir d'achat
D'après le dernier rapport du Bureau du Plan, l'indexation salariale semble insuffisante face aux baisses de pouvoir d'achat - © ERIC LALMAND

Le gel des salaires tel qu'il a été décidé par le gouvernement pour deux ans est contesté par les métallos FGTB et la CNE devant le Conseil d'état. Les plaidoiries ont eu lieu lundi matin. Selon les syndicats, l'arrêté royal du gouvernement enfreint la liberté de négocier collectivement dans les secteurs. Et puis pour eux, il faut plutôt soutenir le pouvoir d'achat pour assurer la relance de l'économie, quand l'indexation automatique ne suffit pas. Un récent rapport du Bureau du Plan apporte quelques éclairages à ce propos.

On sait que l'indexation des salaires et des allocations sociales sur la hausse du cout de la vie est calculée sur l'indice santé. Mais cet indice santé évolue moins vite que l'indice des prix lui même... Du coup, Dans un rapport récent sur la stratégie de relance du gouvernement, le Bureau du Plan a mesuré, entre 2006 et 2013, une perte moyenne de 0,7 points en terme de pouvoir d'achat pour les travailleurs et les allocataires.

Mais ce n'est pas tout : car toutes les classes de revenus ne sont pas égales face à cet indice santé, les schémas de consommation n'étant pas les mêmes. Le Bureau du Plan a donc calculé ces écarts.

Et il apparait que si depuis 2006 la tranche de revenus la plus élevée a connu effectivement une inflation égale à l'augmentation de l'indice santé, l'indexation sur base de cet indice a par contre été insuffisante pour adapter les revenus des autres classes à la hausse du coût de la vie, ce qui équivaut bien à une perte de pouvoir d'achat.

Et dans ce débat sur les salaires et la compétitivité qui reviendra très prochainement sur la table du gouvernement, une autre prise de position a été remarquée : celle de la Fédération des entreprises de Belgique. La FEB estime, au regard des derniers chiffres d'Eurostat sur l'évolution des coûts salariaux, que les mesures du gouvernement ne suffisent pas puisque la hausse est plus importante qu'en Allemagne.

La Fédération patronale l'appelle donc à prendre de nouvelles mesures sur une diminution de charges, mais aussi à une discussion sur l'indexation automatique des salaires.

Marie-Paule Jeunehomme

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK