L'index fantôme

Finalement, y a-t-il beaucoup de différences entre le " oui, mais…" de la CSC et de la CGSLB et le " non, parce que… " de la FGTB à propos du projet d’accord social ?

D’accord sur tout, sauf sur le saut d’index

L’analyse de la situation des syndicats ne diffèrent guère. Ils sont prêts à se contenter d’une hausse minimaliste des salaires, à adapter qui plus est selon les secteurs ou sur une hausse des plus basses allocations sociales tout en rejetant l’idée gouvernementale d’un saut d’index.

Ce dernier reste assez vague.

Tout d’abord parce que le gouvernement fédéral n’a pas fait connaître ses intentions précises en la matière. Il est question d’en exonérer les plus bas revenus. Aucun seuil n’a encore été fixé, ce qui limiterait d’autant l’impact de la mesure.

Ensuite, il y a le texte de la déclaration gouvernementale lui-même : on y parle expressément d’un saut d’index pour 2015. 2015 uniquement.

Enfin, cela se confirme de plus en plus : non seulement, il n’y aura pas d’indexation en 2015 mais la Belgique est entrée en déflation (inflation négative, préfère se mentir les experts) et il se pourrait donc bien que 2016 se passe également d’indexation.

Le bâton (idéologique) derrière la porte

La coalition fédérale trouvait ce saut d’index indispensable pour soutenir la compétitivité menacée des entreprises belges. Cette menace était alors urgente qu’il fallait des mesures drastiques. Visiblement, ce n’était pas si urgent que cela puisqu’on ne sait toujours pas quand cette mesure interviendra. Elle paraît comme d’autres, bien plus purement idéologique qu’efficace. Mais elle permet aussi au gouvernement Michel de garder une carte pour de futures négociations tout en fragilisant le front commun syndical.

Les décisions du Groupe des 10-2 sont soutenues par le gouvernement fédéral. Elles devraient être mises en œuvre. CSC, FGTB et syndicat libéral poursuivront des actions contre ce saut d’index fantôme qui n’interviendra peut-être jamais.

Finalement, chacun y gagne, non ?

 

Philippe Walkowiak

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK