L'index au centre des débats

L'index au centre des débats
L'index au centre des débats - © Tous droits réservés

Même si ce ne sera pas lors des discussions autour du budget 2012 de ce week-end, le gouvernement fédéral devrait bientôt reparler de l'index, et de l'indexation automatique des salaires.

Mardi, le ministre des Finances CD&V Steven Vanackere, dans un discours devant une assemblée de patrons flamands, a confirmé que la possibilité d'un ajustement de l'index devrait être examinée prochainement par le gouvernement. Officiellement, on attend encore le rapport final de la Banque nationale sur cette question. Officieusement, la question fait grincer des dents au sein de la majorité.

Le débat reviendra, c'est la seule certitude, tôt ou tard, mais pour donner quels résultats ? Là mystère. Les points de vue au sein de l'équipe Di Rupo restent pour le moins divergents. Entre les partisans d'une suppression de l'indexation automatique des salaires, côté libéral, ceux qui plaident pour une adaptation de ses mécanismes, et à gauche, ceux qui en défendent le maintien sous le slogan "pas touche, ou ce sera sans nous".

Le débat en tant que tel a été écarté des discussions budgétaires de ce week-end. Ce sera pour après, mars ou avril, en attendant un rapport de la Banque nationale. Un projet était arrivé sur la table du gouvernement il y a deux semaines, il a été renvoyé à la Banque car incomplet. Ou plutôt parce que sa tonalité, influencée par le patron de la BNB, le libéral Luc Coene, ne plaisait pas à tous.

Hier, le CD&V Steven Vanackere, lors d'un business lunch du VKW le patronat limbourgeois, a redit que le gouvernement se penchera après le conclave budgétaire sur la possibilité d'un ajustement de l'index pour améliorer la compétitivité du pays. Réponse ce matin sur nos antennes du vice-premier sp.a et ministre de l'Economie Johan Vande Lanotte: "Tout le monde sait que les partis socialistes ne sont pas favorables à ce changement. Je pense que l’on peut toujours en parler et améliorer les choses avec une concertation sociale. L’index ne reflète actuellement pas toujours la réalité des choses mais son principe même, on doit le maintenir tel qu’il est."

Johan Vande Lanotte qui plaide pour son idée de gel des prix du gaz et de l'électricité, les prix de l'énergie étant la principale cause de l'inflation. Agir sur ces prix rendrait la discussion sur le panier, la composition, de l'index inutile: "On peut l’améliorer, ce qui aura pour conséquence qu’il monte à certains moments plus vite ou moins vite. Mais on ne peut pas changer l’outil de l’indexation des salaires".

Bref, le débat est loin d'être tranché.

F. Van Eeckhaut



Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK