Linkebeek s'attend à un conseil communal chahuté par le Taal Aktie Komitee

Ce lundi soir, les élus francophones de la commune à facilités vont soumettre le nom de Damien Thiéry comme candidat bourgmestre de Linkebeek. C’est la procédure après les élections partielles du 13 décembre dernier. Mais cette procédure administrative s’effectuera sur fond de tensions puisque dimanche, Liesbeth Homans (N-VA), la ministre flamande des Affaires intérieures a répété son intention de ne pas nommer le libéral francophone.

Elle s’appuie sur son décret au parlement flamand. "On a dépensé finalement 25 000 euros pour organiser des élections, qui ont permis la réélection des mêmes personnes au conseil communal. Ce fut donc un tour pour rien", a commenté Liesbeth Homans, au cours de l'émission "De Zevende Dag" (Eén-VRT).

"M. Thiéry ne sera pas nommé durant cette législature qui court du 1er janvier 2013 au 31 décembre 2018", a ajouté la ministre N-VA, précisant qu'elle en avait averti les conseillers communaux par courrier.

Selon elle, en l'absence d'autre proposition de candidature au poste, ce sera Erik De Bruycker qui restera bourgmestre faisant fonction. Ce conseiller communal de la minorité flamande (Prolink - 2 élus) avait été nommé par Liesbeth Homans à l'automne, devant l'absence persistante d'autre candidat proposé par la majorité que Damien Thiéry. Cela avait mené à la démission de l'ensemble des élus francophones et à des élections partielles en décembre dernier.

Le FDF donne raison à son ancien 

Pour le président de DéFI, Olivier Maingain, Damien Thiéry "a raison de dénoncer le déni de démocratie qu’impose le gouvernement flamand et la ministre N-VA Homans aux électeurs de Linkebeek".

Olivier Maingain estime que Damien Thiéry est "prisonnier de ses nouveaux amis du MR". En effet, c'est un ancien membre de DéFi passé au Mouvement Réformateur. Pour DéFi, "seul un changement radical du statut des six communes de la périphérie bruxelloise, par rattachement à la Région bruxelloise, permettra de mettre fin aux abus des autorités flamandes."

Comité d’accueil du Taal Aktie Komitee (TAK)

Ce lundi soir, le conseil communal linkebeekois s’attend à l’arrivée de nombreux membres du Taal Aktie komitee (TAK), un groupe d’action extrémiste flamand. Le TAK pourrait perturber la séance du conseil pour éviter que le nom de Damien Thiéry soit proposé à la nomination. Des renforts policiers sont attendus, dans et autour de la maison communale.

De son côté, Damien Thiéry se dit serein et soutenu par son parti. Il n'a pas exclu d'introduire un nouveau recours au Conseil d’État en cas de nouveau refus de nomination, dans l'hypothèse où la majorité propose à nouveau son nom.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK