L'exercice du culte à la Grande Mosquée de Bruxelles sera assuré après le départ du Centre islamique

La Grande Mosquée de Bruxelles
La Grande Mosquée de Bruxelles - © DIRK WAEM - BELGA

L'exercice du culte à la Grande Mosquée de Bruxelles sera assuré après le départ du "Centre islamique et culturel de Belgique" (CICB), annonce vendredi le ministre de la Justice, Koen Geens, dans un communiqué. La direction des prières quotidiennes y sera confiée, de manière tournante, à des imams issus de mosquées déjà reconnues en Région de Bruxelles-Capitale.

Des représentants du ministre ainsi que du ministre-Président bruxellois, Rudi Vervoort, ont participé ce vendredi à une réunion d'information sur l'avenir de la Grande Mosquée. L'objectif était de rassurer en apaisant les inquiétudes exprimées suite au départ du CICB.

La convention de concession dont disposait ce dernier pour la Grande Mosquée a été résiliée il y a quelques mois par le précédent ministre de l'Intérieur, Jan Jambon. Sa décision faisait suite aux recommandations de la Commission d'enquête parlementaire sur les attentats de Bruxelles, qui estimait entre autres que le Centre islamique et culturel de Belgique "répandait le salafisme wahhabite, un courant qui peut jouer un rôle déterminant dans le radicalisme et le radicalisme violent".

Après le départ du CICB, le lieu de culte restera ouvert et les prières quotidiennes seront maintenues. Des travaux urgents au bâtiment sont aussi planifiés afin d'assurer la sécurité des usagers, précise le ministre Geens.

L'Exécutif des Musulmans de Belgique sera chargé d'assurer temporairement la gestion du lieu, le temps qu'il soit possible de mettre en œuvre complètement les recommandations de la commission d'enquête de la Chambre des représentants, ajoute-t-il.

Un projet global, impliquant un Institut de formation des ministres du culte islamique et un espace muséal, est également à l'étude afin de faire de cette mosquée un vecteur de cohésion sociale, conclut-il.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK