L'Exécutif des musulmans de Belgique ne veut plus des subsides de l'Etat pour garder son autonomie

L'Exécutif des musulmans de Belgique (EMB), organe qui représente le temporel du culte islamique auprès des autorités publiques, estime que les subsides fédéraux ne sont plus nécessaires. Le président Mehmet Üstün s'exprime en ce sens mardi dans De Standaard, Het Nieuwsblad et Het Belang van Limburg: "Nous en avons assez de l'ingérence politique".

L'EMB reçoit chaque année 500.000 euros en frais de fonctionnement, mais les versements sont assortis des conditions, dont l'exécutif ne veut plus. "Ces 500.000 euros nous allons les trouver nous-mêmes. Nous ne sacrifierons pas notre autonomie", selon Mehmet Üstün. 

Le différend s'est creusé entre l'EMB et le ministre compétent Vincent Van Quickenborne (Open Vld). Ce dernier a annoncé il y a quelques semaines que la Sûreté de l'État se penchait sur l'organe. Il souhaite en outre un renouvellement approfondi de cet exécutif, au plus vite. 

"Nous y sommes occupés", assure Mehmet Üstün. "Nous savons aussi que notre mandat a expiré en mars 2020. Mais c'était en pleine pandémie de coronavirus quand les mosquées étaient fermées. Comment pouvions-nous organiser des élections? En début d'année prochaine nos opérations de renouvellement seront prêtes. Nous nous dirigeons vers un plus petit exécutif et nous allons aussi imposer des conditions aux membres: qu'ils soient diplômés de l'enseignement supérieur et s'expriment bien en français ou néerlandais".

Sur le même sujet: JT 06/10/2021

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK