L'euthanasie choisie, aussi pour les mineurs ?

Depuis 2002, une loi dépénalise l'euthanasie en Belgique pour les majeurs ou les mineurs émancipés. C'est une sénatrice MR, Christine Defraigne qui franchit à nouveau le pas et propose l'euthanasie à partir de 15 ans mais à des conditions très strictes.

Des voix s'élèvent depuis quelques années, pour réclamer une extension de cette loi aux mineurs, notamment au sein de l'Open VLD. Christine Defraigne embraie dans le journal "le Soir".

Christine Defraigne part du constat que des médecins sont confrontés à ce genre de demande et des euthanasies de mineurs ont lieu, dans l'illégalité.

En outre, toujours selon Christine Defraigne, la loi a ouvert la porte à des situations pour le moins anormales.

Ainsi la loi autorise un mineur émancipé, dès 15 ans, à recourir à l'euthanasie. Et cela alors qu'elle sera refusée à un mineur non émancipé de 17 ans et demi.

Théoriquement, les mineurs peuvent s'opposer à un traitement. Pourquoi ne pourraient-ils pas discuter de la fin du traitement ?

Les conditions seraient strictes. Cela s'adresserait aux mineurs de 15 ans minimum exposés à un décès assez proche.

Le médecin devrait consulter deux confrères et s'assurer de l'état de conscience du patient.

Il devrait aussi s'entretenir avec les parents.

Rappelons que le rapport de la commission de contrôle sur l'euthanasie n'est pas favorable à une telle extension.

Melchior Wathelet est réticent

Le cdH Melchior Wathelet, secrétaire d'Etat au Budget, a réagi au micro de la RTBF : "Le discernement de la personne et son accord quand à l'euthanasie, est un élément fondamental. Et c'est vrai qu'on estime que, tant qu'on n'est pas majeur, on n'a pas ce discernement nécessaire, suffisant, ainsi de suite, pour prendre un certain nombre de décision. Par contre on l'aurait pour mettre fin à un ses jours, pour décider sur cette question de l'euthanasie. Donc je suis plutôt très réticent et ce d'autant plus que d'autres partis comme le VLD ou le sp.a veulent aller encore plus bas, que ces 15 ans".

Pour Melchior Wathelet, "il y a des personnes qui, à partir de 15 ans, n'ont absolument pas le discernement qu'il faut, qui est-ce qui va en statuer, qui est-ce qui va pouvoir le dire ? Comment est-ce qu'on va savoir si une personne a le discernement suffisant à 15 ans ou pas ? Quel est le poids que les parents vont avoir ? Alors que les parents ont toujours l'ensemble des droits sur les mineurs, sauf pour un élément qui est quand même fondamental, qui est celui de la fin de vie du possible euthanasié. Donc je suis très réticent, étant donné une nouvelle fois, que l'accord consenti, plein et entier, de celui qui se ferait euthanasié, est un élément fondamental et qu'ici on parle de mineurs".

Michel Lagase

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK