L’Etat et nos données : "Ce qui est techniquement faisable, n’est pas forcément démocratiquement acceptable"

Interrogée dans le cadre de la série "Démocratie en Question(s)", Elise Degrave, Professeure de Droit des nouvelles technologies à l’UNamur pointe les risques qui entourent aujourd’hui la gestion de nos données par l’Etat. Pour elle, trois piliers essentiels de cette gestion sont ébranlés : la transparence, l’encadrement législatif et le contrôle.

Cela fait plus de 15 ans qu’Elise Degrave analyse la façon dont l’Etat gère nos données personnelles. Un parcours du combattant puisque l’information est parfois très difficile à trouver. "Quand je demande de l’information à l’administration, explique-t-elle, on me répond toujours poliment mais, entre les lignes, le message est souvent : laisse-nous tranquille, Cocotte, ne vient pas farfouiller là-dedans".

Pourtant, la chercheuse, spécialiste de la vie privée, pointe le risque d’une dérive technocratique s’il n’y a pas suffisamment de cadre, de transparence et de contrôle sur les choix posés par l’administration. Pour elle : "Ce qui est techniquement faisable n’est pas forcément démocratiquement souhaitable. Et on aurait tort de penser que construire des algorithmes de croisement de données est une simple opérationnalisation de choix posés par les politiques".

Pour Elise Degrave, "un algorithme, ce n’est pas une chose pure et vierge qui descend du ciel ! C’est une suite d’instructions mathématiques, décidées par un être humain : le concepteur d’algorithme. Forcément, ce concepteur d’algorithme programme en fonction de sa propre sensibilité. Le problème, c’est que son choix est intégré dans un outil utilisé à l’échelle de tout le pays. Du coup, ce choix technique individuel devient un choix de société".

Il faut absolument, pour Elise Degrave, que le parlement se saisisse beaucoup plus qu’aujourd’hui de cet enjeu, pour en fixer les bases claires et précises et en assurer un contrôle suffisant et vraiment indépendant "ce qui n’est pas le cas aujourd’hui".

 

Écoutez les autres épisodes de "Démocratie en question(s)":

 

Episode 1 : Prologue, 3 ans plus tard

Episode 2 : Ceux qui n’y croient déjà plus

Episode 3 : Les oubliés de la démocratie

Episode 4 : Un parlement endormi ?

Episode 5 : Les Big Pharma ont-elles trop de pouvoir ?

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK