L’édition 2021 du Pukkelpop annulée, suite aux incertitudes des mesures corona

Les organisateurs du Pukkelpop ont décidé d’annuler l’édition 2021 en raison des incertitudes qui entourent la tenue du festival de musique dans le contexte des mesures corona. Le festival devait se tenir du 19 au 22 août à Kiewit (près de Hasselt).

"Ces derniers mois et semaines, nous nous sommes concertés chaque jour avec les autorités et nos partenaires médicaux", ont expliqué les organisateurs dans un communiqué diffusé vendredi. "Nous avons toujours écouté attentivement les préoccupations, les souhaits de chacun et les directives. La surprise était donc grande lundi dernier lorsqu’il est apparu clairement que le cadre dans lequel nous pouvions évoluer en tant qu’organisateurs, était irréalisable."


►►► À lire aussi : Règles au retour de voyages, Covid Safe Ticket… voici les annonces du comité de concertation


Plus tôt en matinée, le ministre de la Santé, Frank Vandenbroucke, avait rappelé sur les ondes de la VRT que si l’événement ne pouvait satisfaire aux conditions sanitaires "qui sont claires et relativement simples", il ne pourrait pas se dérouler.

Les organisateurs du Pukkelpop avaient interrompu jeudi l’aménagement du site sur la plaine de Kiewit et suspendu la vente de tickets. Ils avaient invoqué des "changements inattendus" du comité de concertation de lundi et demandé au gouvernement fédéral un "éclaircissement".

Des mesures sanitaires impossibles à mettre en place

L’organisation estime qu’il est impossible de respecter les mesures imposées par le gouvernement fédéral et de garantir la sécurité des participants. Le public du festival doit soit être complètement vacciné depuis deux semaines, soit présenter un test PCR négatif de maximum 48 heures ou un test rapide négatif de 24 heures. Or, l’événement dure 4 jours. Il implique donc que les participants à l’ensemble du festival se fassent retester s’ils ne sont pas en ordre de vaccination. Cette décision impose alors au festival de devoir tester jusqu’à 21.000 personnes par jour, soit trois fois plus que les 7000 tests prévus à l’origine par l’organisation.

"Nous misions sur une capacité de 7.000 tests par jour sur le site du festival. L'adaptation de la limite de validité d'un test anti-génique et d'un test PCR signifiait que nous aurions dû tripler la capacité. Dans ce scénario, cela représente cinq fois la capacité maximale des plus grands centres de tests du pays. Nous étions dans l'impossibilité de garantir aux autorités que nous pouvions organiser cela en toute sécurité. C'est de la simple arithmétique et beaucoup de bon sens."


►►► À lire aussi : Malgré l'obligation d'un pass sanitaire, plus de 1000 participants à un festival contaminés par le Covid-19


Les règles n’ont "pas été prises à la légère", a souligné M. Vandenbroucke, selon qui le Pukkelpop avait jusque-là toujours assuré qu’il était possible d’organiser le festival d’une manière sûre et de permettre un deuxième test des participants. "S’il n’est pas possible d’y satisfaire, je le comprends et je le respecte. S’ils disent qu’ils ne peuvent le garantir, alors ça n’aura pas lieu", a expliqué le ministre.

Les personnes qui ont acheté un ticket seront contactées avant le 8 août par e-mail. Ils pourront choisir entre un remboursement de leur ticket ou un transfert automatique pour l’édition de 2022 qui aura lieu du jeudi 18 au dimanche 21 août.

Le bourgmestre de Hasselt déçu

Le bourgmestre de Hasselt, Steven Vandeput (N-VA), a brièvement réagi vendredi à la nouvelle de l'annulation du festival Pukkelpop 2021. "Nous prenons acte de la décision des organisateurs du festival. Nous trouvons cela dommage pour les festivaliers et les nombreux acteurs économiques du village de Kiewit qui auraient pu faire leur année grâce à cet événement", a regretté le politicien flamand.

C'est qu'en effet, de nombreux acteurs économiques de ce village tirent chaque année une grande partie de leurs revenus de la tenue de ce festival qui s'étale sur quatre jours.

Réaction d'Erika Vlieghe

Erika Vlieghe comprend la décision de l'organisation d'annuler le festival cette année. "Il n'est pas facile d'organiser correctement et en toute sécurité un événement d'une telle ampleur, car il nécessite de nombreux tests. Nous avons également constaté aux Pays-Bas qu'il est difficile d'organiser avec succès un événement de masse sûr", rappelle-t-elle. L'infectiologue parle donc d'une "décision difficile, mais sûre" de la part des organisateurs.


►►► À lire aussi : toutes nos informations sur le coronavirus


La présidente du GEMS elle-même n'avait jamais été une grande partisane d'un événement de masse en août avec des dizaines de milliers de visiteurs, dont beaucoup n'auraient pas été vaccinés ou pas entièrement. Le groupe d'experts qui conseille les autorités avait déjà fait savoir que la proposition du gouvernement de rendre les grands festivals possibles à partir de la seconde moitié de l'été était "complètement à l'opposé" de ce qu'il avait proposé.

"La campagne de vaccination n'est pas complètement terminée, puisque seulement la moitié des Belges ont été complètement vaccinés. La situation est encore très fragile à l'heure actuelle et un festival de masse rassemble de nombreuses personnes, ce qui représente un risque énorme", soutient ainsi Erika Vlieghe. 

Il est douloureux de réaliser qu'une pandémie ne se termine pas du jour au lendemain, mais les choses vont s'améliorer progressivement

L'infectiologue envisage l'avenir avec optimisme et espère que l'année prochaine, nous pourrons à nouveau profiter des festivals et autres grands événements. "Je comprends que les gens soient très déçus en ce moment et il est douloureux de réaliser qu'une pandémie ne se termine pas du jour au lendemain, mais les choses vont s'améliorer progressivement. La situation est déjà complètement différente de celle d'il y a un an, et dans les mois à venir, à mesure que davantage de personnes seront vaccinées, elle s'améliorera encore", conclut-elle.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK