L'augmentation du prix de l'électricité aura bien un impact sur l'indexation des salaires

L'augmentation du prix de l’électricité aura bien un impact sur l'indexation des salaires
L'augmentation du prix de l’électricité aura bien un impact sur l'indexation des salaires - © Tous droits réservés

C'est officiel, "l'augmentation de la TVA sur l'électricité ne sera pas neutralisée dans le calcul de l'index". Charles Michel l'a annoncé ce vendredi matin en conférence de presse à l'occasion de la rentrée politique du gouvernement fédérale. 

Initialement, il était question de neutraliser ce passage de 6% à 21% pour empêcher une augmentation trop rapide de l'index, et donc des salaires. Une idée à laquelle était farouchement opposée le CD&V. Aujourd'hui, il a donc eu gain de cause.  Le Vice-Premier ministre Kris Peeters (CD&V) s'en est d'ailleurs félicité en conférence de presse : "Ne pas neutraliser l'augmentation de la TVA sur l'électricité est une décision juste et nécessaire", a-t-il déclaré. 

Précisons que l'inflation est très basse pour le moment et que le prochain franchissement de l’indice-pivot n'est pas attendu avant 2017. Cette hausse de la TVA sur l'électricité pourrait donc l'anticiper de 3 ou 4 mois, selon le MR.

100 euros pour les bas et moyens salaires

Par ailleurs, l'augmentation du pouvoir d'achat de 100 euros par mois pour les bas et les moyens salaires, annoncée fin juillet dernier, est bien inscrite au budget, a ajouté le Premier ministre : "C'est financé. L'argent est là".

Une décision qui sera concrétisée par la mise en place de trois mesures : "La suppression de la tranche des 30 %, des mesures sur l'IPP (impôt des personnes physiques et notamment l'augmentation de la quotité exemptée d'impôts et/ou des frais forfaitaires, ndlr), et le bonus à l'emploi (qui vise les bas salaires, ndlr)"

"Nous allons d'abord évaluer les effets de nos décisions sur l'entité 2 (les entités fédérées, ndlr)", a précisé le Premier ministre. "Ce ne sera pas une codécision, mais on veut entendre les remarques de l'entité 2 sur les sujet". "Question de courtoisie et de respect pour l'entité 2"

"Le tax shift est un exercice pluriannuel. Il y aura un monitoring permanent pour évaluer les effets", a-t-il conclu.

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK