L'art du compromis entre Wallonie et Communauté germanophone

Le 14 octobre 2018, on vote pour les élections communales et provinciales. En Wallonie, le Gouvernement régional a décidé de revenir partout au vote papier. Plus sûr, selon la majorité, et surtout moins cher.

Partout ? Non ! Une petite communauté résiste: les Germanophones s’accrochent au vote électronique. On allait donc tout droit vers une situation emberlificotée. Mais la tenue conjointe des gouvernements wallon et germanophone ce jeudi à Eupen a pu dégager une solution.

Ubuesque

La Communauté germanophone, compétente seulement pour organiser les élections communales, ne pouvait imposer le vote électronique au scrutin provincial. Et inversement, la Région wallonne, compétente pour les élections provinciales, ne pouvait imposer le vote papier aux communales. Donc, le jour venu, dans l’isoloir, les Germanophones auraient voté électroniquement pour les communales et auraient repris crayon et papier pour les provinciales. Aberrant, ridicule… Il fallait en sortir.

Le compromis "à la belge"

La Belgique, terre d’élection du compromis, n’a pas failli à sa réputation. Le Ministre-Président wallon, Paul Magnette, le concède: la voie empruntée pour se sortir d’épaisseur est entortillée, joue sur les mots mais atteint finalement son but. Au final, Communauté germanophone et Région wallonne feront chacune ce qu’elles veulent.

Oliver Paasch qui préside le Gouvernement germanophone explique que la Région a transféré à la Communauté l’organisation – mais pas la compétence – des élections provinciales.

Et donc?

Au scrutin communal et provincial, les Wallons voteront donc tous sur papier. Mais ceux qui résident en Communauté germanophone utiliseront l’ordinateur. Et la Communauté germanophone prendra le surcoût du système à sa charge.

La marge de manœuvre légale était étroite mais l’histoire prouve à suffisance que la Belgique cultive le compromis avec un raffinement qu’ailleurs on réserve aux beaux-arts. Ce jeudi, elle n'a une nouvelle fois pas failli à sa réputation.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK