L'art de créer la polémique sur les réseaux sociaux selon Theo Francken

L'art de créer la polémique sur les réseaux sociaux selon Theo Francken
2 images
L'art de créer la polémique sur les réseaux sociaux selon Theo Francken - © JEAN-LUC FLEMAL - BELGA

Nouvelle polémique pour le secrétaire d’État à l'Asile et à la Migration, le N-VA Theo Francken. Dans un post Facebook, il s'exprime sur les opérations de police visant à l'interpellation de migrants sans titre de séjour valable au parc Maximilien à Bruxelles et à la gare du Nord... en affublant son message d'un hashtag #opkuisen (#nettoyer). Le Premier ministre Charles Michel s'est empressé de le remettre au pas, lui demandant d'être attentif au vocabulaire utilisé.

Theo Francken est loin d'être un novice en matière de polémiques sur les réseaux sociaux. Depuis qu'il est en fonction au gouvernement Michel, de nombreux tweets et publications Facebook ont suscité le débat...

Octobre 2014: de vieux dossiers refont surface

Janvier 2016: bien se comporter envers les femmes

Theo Francken veut introduire des cours sur la manière de se comporter avec les femmes et de les respecter pour les demandeurs d’asile, suscitant de vives réactions sur le fait de réserver ces cours aux réfugiés dans un pays où une femme sur trois est encore victime de violences.

Juin 2016: Jihad est aussi un prénom

Très actif sur Twitter, Theo Francken y a également commis quelques bourdes, illustrant parfois une ignorance qui pose question. Il s'en est ainsi pris à une représentante du conseil flamand de la jeunesse, lui reprochant de tweeter sous le pseudonyme 'jihad' évocateur de la guerre sainte... mais qui est en réalité son prénom. Pour finir par s’excuser quand on lui fait remarquer son erreur.

Septembre 2016: peut-on rire de tout ?

Un GIF posté sur la page Facebook de l’homme politique, jugé raciste, crée la polémique. Se voulant humoristique, le GIF montre Theo Francken qui descend d’un hélicoptère pour mettre une ventouse sur la tête d’un homme noir, qui est rapidement hélitreuillé. Avec ce commentaire : "Regardez une fois ce que j'ai trouvé. Tolérance zéro, c'est marrant :-))". Beaucoup ne trouvent pas cette séquence drôle, au point que l’homme hélitreuillé, un Sénégalais de 34 ans résidant en France, a décidé de porter plainte.

Janvier 2017 : de l'art de faire dire aux chiffres ce que l'on veut

De nouveau, le secrétaire d’Etat s’emmêle les pinceaux sur Twitter, et prétend erronément, graphique à la clé, que les demandes de régularisation sont en baisse en Belgique à cause du montant de 250 euros à débourser depuis mars 2015. Des chiffres démentis par centre fédéral migration Myria, qui montrent que les demandes de régularisation sont en baisse constante depuis 2011.

Février 2017: protestation féminine

Le fil twitter de Theo Francken se voit inondé de photos de seins. Les internautes ont vivement réagi à un tweet de l’homme politique, visant l’actrice Salomé Richard. Lors des Magritte du cinéma, elle a protesté contre les actuels retours au conservatisme illustrés par les succès de Donald Trump, de Marine Le Pen ou encore de la N-VA, en arrivant à la cérémonie avec un ensemble dévoilant très largement ses seins.

Theo Francken a donc répliqué ironiquement sur Twitter : "Je suis actrice et je montre mes seins parce que je n'aime pas la N-VA". Et aux internautes de contre-attaquer avec le hashtag #tettnvoortheo, " des nichons pour theo ".

Mars 2017: c'est la guerre avec MSF

Charles Michel rappelle à l’ordre son secrétaire d’Etat, suite aux tweets quelque peu acerbes envers MSF. Alors que l’association déclarait " "Sauver des vies est notre métier et c'est ce que nous faisons", Theo Francken répliquait (toujours sur Twitter) "Par vos actions de sauvetage juste devant les côtes, vous créez un effet d'aspiration et donc plus de mort #paradoxe". Position qu’il a toujours maintenue.

Avril 2017: qui doit-on sauver ?

Pour varier les plaisirs, le secrétaire d’Etat N-VA s’essaye au sondage sur Facebook. Ainsi, via les différents émoticônes au côté du like, ses followers sont invités à prendre position sur les efforts à faire envers les minorités religieuses du Moyen-Orient. Le but : savoir si les internautes approuvent son choix d'avoir sauvé 600 Chrétiens syriens ces deux dernières années. Et mettre en place des sauvetages à la carte, s’interrogent certains. Mais Charles Michel, sur ce coup là, s’est rangé du côté de son secrétaire d’Etat.

Sujet du JT 13h sur la polémique du jour

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK