L'ancien juge Christian Panier accueille Michelle Martin chez lui

L'ancien juge Christian Panier
2 images
L'ancien juge Christian Panier - © RTBF

"Je sais très bien ce qu’elle a fait mais j’estime que chacun a droit à une chance, même si elle n'en a pas laissée à d’autres". Christian Panier, ancien juge, membre du PTB et candidat aux dernières élections européennes, explique ce qui l'a poussé à accepter d'héberger Michelle Martin, ex-femme de Marc Dutroux en liberté conditionnelle, suite au déménagement des sœurs Clarisses de Malonne vers Bruxelles.

Christian Panier, alors membre d’un comité informel de citoyens autour de sœurs Clarisses, voyant de nombreuses portes se fermer quant à l’avenir de l'ancienne détenue, a pris la décision de l’héberger sous son toit: "Je ne veux pas ici me placer en héros, c'était une des solutions possibles. Il s'est avéré que, quand bien même ce n'était pas la meilleure, dans le cadre de la réinsertion de Michelle Martin, c'était du moins la moins pire.

Une décision mûrement réfléchie donc et validée par le tribunal d’application des peines de Mons.

Une question de conviction

"J’ai bien conscience que cela ne va pas être une sinécure. Beaucoup de commentaires fusent actuellement autour de la nouvelle mais cela ne m’impressionne pas."

D'éducation judéo-chrétienne, empreint d’humanisme "bien qu'athée", Christian Panier, estime que c'est quelque chose "de logique" par rapport à son métier de juge. "Ça correspond à une conviction que j’ai après 30 ans de vie judiciaire et après avoir envoyé pas mal de gens en prison. Conviction que la réinsertion est ce qui fait la différence entre la justice de la vengeance et la justice de civilisation."

"Il y a toujours une lueur d’humanité autour de l’âme d’une personne qui a fait le pire." Christian Panier dit vouloir "permettre à quelqu’un de revenir peu à peu dans le circuit de l’humanité même si cette personne en a dévié très sérieusement à un moment."

Qui est cette femme aujourd'hui?

"Nous avons affaire à quelqu’un qui a parfaitement conscience de ce à quoi elle a participé, de ce qu’elle a laissé faire et de ce qu’elle a fait. C’est quelqu’un qui a reçu avec toute la sérénité possible dans ces cas-là, sa condamnation. C’est surtout une personne qui se rend bien compte qu’elle n’a d’avenir que soit dans l’exclusion permanente, soit dans un travail farouche de réinsertion. Elle le fait bien sûr pour elle-même, pour ses victimes et pour la famille de ses victimes. C’est surtout quelqu’un qui sait qu’elle a trois enfants qu’elle adore, qui sont là et qui ont besoin d’elle."

Michelle Martin a déjà apporté une partie de ses affaires dans sa nouvelle demeure "où tout est mis en place pour assurer sa sécurité". Elle devrait occuper un appartement indépendant dans une partie de la ferme qu’occupe l’ancien juge à Floreffe.

A. Glaudot

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK