L'allongement du délai de garde à vue est approuvé mais sans majorité des deux tiers

L'allongement du délai de garde à vue est approuvé mais sans majorité des deux tiers
L'allongement du délai de garde à vue est approuvé mais sans majorité des deux tiers - © LAURIE DIEFFEMBACQ - BELGA

La commission de révision de la Constitution de la Chambre a approuvé vendredi l'allongement du délai de garde à vue. Les partis de la coalition suédoise ont voté en faveur de la proposition avec le soutien du cdH. Les socialistes et les écologistes ont voté contre et, à l'heure actuelle, il paraît très probable que le texte ne disposera pas d'une majorité des deux tiers en séance plénière.

Jusqu'à 72 heures en cas d'infraction terroriste

L'article 12 de la Constitution établit à 24 heures le délai maximum dans lequel une personne peut-être privée de liberté sans intervention d'un juge d'instruction. En janvier 2015, le gouvernement a placé dans son premier train de mesures anti-terroristes, figurait l'allongement du délai de garde à vue à 72 heures en cas d'infraction terroriste.

Des auditions ont été menées et la proposition a évolué. Plusieurs intervenants judiciaires ont réclamé un allongement du délai général à 48 heures, pour tenir compte des exigences de la loi "Salduz" mais aussi de la complexité croissante des enquêtes, les avis étant ensuite partagés sur l'opportunité d'une exception à 72 heures pour le terrorisme. Un compromis a vu le jour avec le cdH pour un allongement général à 48 heures et une exception pour le terrorisme, inscrite dans la Constitution, à 72 heures.

Ensemble le MR, la N-VA, le CD&V, l'Open Vld et le cdH ne recueillent que 92 sièges sur 150, soit huit de moins que les deux tiers. L'apport du PP, déjà annoncé par son député, et celui du Vlaams Belang porterait le nombre à 96.

DéFI ne soutiendra pas le texte et il est plus que vraisemblable que le PTB fera de même. Parmi les arguments des opposants, figurent aussi bien les craintes pour les libertés publiques que les risques d'une exception pour la validité des procédures judiciaires. Plusieurs députés ont fait remarquer qu'un consensus était en revanche possible sur un allongement à 48 heures.

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir