L'allocation universelle de Paul Magnette ne séduit ni Onkelinx, ni Demotte

Les socialistes francophones n'ont jusqu'à présent pas montré beaucoup d'entrain pour cette idée du ministre-président wallon.
Les socialistes francophones n'ont jusqu'à présent pas montré beaucoup d'entrain pour cette idée du ministre-président wallon. - © NICOLAS MAETERLINCK - BELGA

L'instauration d'une allocation universelle qu'a évoquée mardi le ministre-président wallon Paul Magnette (PS) lors d'un entretien avec la presse ne séduit pas tout le monde au PS.

Son homologue à la Fédération Wallonie-Bruxelles, Rudy Demotte, et la cheffe de groupe à la Chambre, Laurette Onkelinx, y voient une idée dangereuse pour la sécurité sociale.

Dans le sens de l'histoire

Les citoyens suisses ont rejeté le week-end dernier par votation cette allocation. Pourtant, aux yeux de Paul Magnette, ce système va dans le sens de l'histoire : l'allocation universelle remplacera un jour la sécurité sociale, même si la transformation se fera graduellement, en quelques décennies.

Le phénomène a d'ailleurs déjà commencé : le financement alternatif de la sécurité sociale occupe une place croissante en se substituant aux cotisations sociales, le statut social des indépendants est aligné progressivement sur celui des salariés même s'ils n'ont pas cotisé de la même manière, etc.

Les socialistes francophones n'ont jusqu'à présent pas montré beaucoup d'entrain pour cette idée, rappelait ce mercredi matin La Libre. Le système est jugé contraire au principe de solidarité puisque l'allocation bénéficierait même à ceux qui n'en ont pas besoin.

Cela ferait "exploser la sécurité sociale"

Laurette Onkelinx a rappelé cette opposition mercredi sur Twitter : "L'allocation universelle ne règle pas les inégalités et fait exploser la sécurité sociale, a-t-elle écrit. Il y a d'autres moyens pour éliminer la pauvreté".

"La réduction du temps de travail et l'individualisation des droits sociaux sont beaucoup plus modernes. L'allocation universelle risque de balayer tout le débat sur la nécessité de salaires décents", déclare-t-elle avant de conclure, avec un sourire : "Vive le chantier des idées" (du nom du vaste débat entamé par le PS).

Rudy Demotte s'est montré encore plus tranchant. "L'allocation universelle est une utopie destructrice pour la sécurité sociale et un miroir aux alouettes pour l'égalité", a-t-il lancé.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK