L'Allemagne critique le refus belge d'arrêter Tihange 2 et de Doel 3

Barbara Hendricks lors d'une rencontre sur la sécurité des centrales nucléaires avec les autorités belges le 1er février 2016.
Barbara Hendricks lors d'une rencontre sur la sécurité des centrales nucléaires avec les autorités belges le 1er février 2016. - © ERIC LALMAND - BELGA

La ministre allemande de l'Environnement, Barbara Hendricks, a critiqué ce vendredi la décision belge de maintenir en service les réacteurs nucléaires de Tihange 2 et de Doel 3 en dépit de sa demande d'un arrêt temporaire de ces deux installations, "le temps de mener d'autres examens" sur leur sécurité.

"Je déplore fortement que cette demande d'urgence n'ait pas été respectée par la partie belge jusqu'à présent", a-t-elle affirmé devant le Bundestag (chambre basse du parlement allemand).

S'assurer du "plus haut degré de sécurité" des installations

La ministre social-démocrate a ajouté s'attendre à ce que le pays voisin (de l'Allemagne qu'est la Belgique) prenne au sérieux l'inquiétude des habitants des régions frontalières et s'assure du "plus haut degré de sécurité" de ses installations nucléaires.

Barbara Hendricks avait déjà demandé la semaine dernière à la Belgique de fermer temporairement les réacteurs de Tihange 2 et Doel 3 tant que des questions subsistaient sur la sécurité. "Il serait bon d'arrêter provisoirement les réacteurs, du moins le temps de mener d'autres examens" sur leur sécurité, avait-elle déclaré.

Berlin avait demandé à une commission d'experts allemands de se pencher sur la sûreté des deux réacteurs, qui représentent à eux deux un tiers de la puissance des sept réacteurs belges. Ils ont été fermés deux ans à cause d'inquiétudes sur la sûreté, du fait de micro-fissures, mais ont repris du service en décembre dernier.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK