L'alcolock pourra être imposé par le juge

RTBF
RTBF - © RTBF

Un nouvel outil pour améliorer la sécurité routière et lutter contre l'alcool au volant: la Chambre a adopté une proposition de loi qui autorise le recours à "l'alcolock", un système qui empêche le démarrage d'une voiture s'il enregistre un taux d'alcoolémie excessif ou si le chauffeur n'a pas soufflé dans l'appareil.

Les juges pourront imposer l'éthylotest-antidémarreur, autrement appelé "alcolock", dans les véhicules des personnes déjà condamnées pour conduite en état d'ivresse.

Le texte de loi qui a été voté jeudi à la Chambre à l'unanimité, à l'exception de la LDD qui s'est abstenue, précise que le conducteur ne pourra pas dépasser 0,2 milligramme par litre d'air alvéolaire expiré. S'il dépasse ce taux d'alcoolémie, sa voiture ne démarrera pas. Le dispositif devra être installé dans le véhicule par un organisme agréé qui procédera au réglage en fonction de la décision du juge.

Cette sanction est avant tout une mesure de prévention puisqu'elle évitera une récidive. Ce dispositif déjà utilisé aux Etats-Unis, au Canada et en Australie a fait ses preuves.

Pour l'Institut belge pour la sécurité routière, l'alcolock comme alternative au retrait du permis de conduire permettra à la personne condamnée de garder une vie sociale. De nombreuses personnes ont, en effet, besoin d'un véhicule pour pouvoir se rendre sur leur lieu de travail.

(A.L. avec D. Simon et Belga)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK