L'affaire Dutroux jouée par des enfants au Théâtre de Namur

Sur scène, 7 enfants endossent le rôle d'un policier, des parents d'une victime, du père de Dutroux et même d'une fillette séquestrée.
Sur scène, 7 enfants endossent le rôle d'un policier, des parents d'une victime, du père de Dutroux et même d'une fillette séquestrée. - © SISKA GREMMELPREZ - BELGA

C'est une pièce pour le moins atypique qui se joue ces 19 et 20 janvier, l'affaire Dutroux est jouée sur les planches du Théâtre Namur. "Five Easy Pieces" retrace un pan sombre de notre histoire, une affaire qui a secoué la Belgique il y a de cela plus de 20 ans. 

Le récit est vécu à travers le jeu de sept enfants issus du Centre d'art "Campo" à Gand, un coach les accompagne sur scène. La pièce est jouée en néerlandais et sous-titrée en anglais et en français.

Les acteurs en herbe se glissent dans la peau d'un policier, des parents d'une victime, du père de Dutroux et même d'une fillette séquestrée. La pièce est composée de cinq scénettes déroutantes entrecoupées de respirations musicales et d'un brin d'humour.

Milo Rau, ou l'art d'écrire l'Histoire sur scène

Le sulfureux metteur en scène Milo Rau s'est inspiré de la biographie de Marc Dutroux, "les monologues sont historiques et très durs dans cette façon de dire la vérité, de dire ce qu’il s’est vraiment passé", explique-t-il. De l'enfance de l'assassin au Burundi aux obsèques de la dernière victime, c'est plus que le crime qui est raconté, mais bien l'histoire de la Belgique depuis les années 60.

Le suisse n'en est pas à son coup d'essai puisqu'il a déjà interprété d'autres faits historiques sur scène : "The Last Days of the Ceausescus" ou "Breivik's Statement", une lecture théâtrale du plaidoyer d'Anders Behring Breivik.

Même si la pièce dérange, le public est unanime : personne ne reste indifférent face à une telle pièce. "Je trouve impressionnant que ce soient des enfants qui nous renvoient à notre histoire, une histoire lourde, pénible, mais avec tellement de justesse", raconte un spectateur.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK